Le monde, "somnambule" face à la prolifération des armes nucléaires, déplore Kofi Annan

21 juin 2006

Dans un discours prononcé aujourd'hui à Genève à la Conférence du désarmement, le Secrétaire général de l'ONU a déploré que la communauté internationale soit comme une « somnambule » face à la prolifération des armes nucléaires et que le Traité sur la non-prolifération (TNP) ait perdu de son autorité.

« Deux voies divergentes s'offrent à nous. La première, celle du dialogue actif, conduit à un monde où les armes nucléaires cessent de proliférer et même reculent parce que la confiance et la concertation ont pris le dessus. La deuxième conduit à un monde où les États sont de plus en plus nombreux à se croire obligés d'acquérir des armes nucléaires et où ceux que l'on appelle les acteurs non étatiques savent trouver les instruments du terrorisme nucléaire », a estimé Kofi Annan dans son discours.

« On dirait que la communauté internationale s'est engagée dans cette deuxième voie comme une somnambule, non en connaissance de cause, mais plutôt par méprise, par la stérélité des débats et la paralysie des mécanismes multilatéraux créés justement pour susciter la confiance et applanir les différends », a déploré le Secrétaire général.

Le TNP « perd de son autorité », a encore regretté Kofi Annan, rappelant qu'à deux reprises cette année la communauté internationale avait échoué à renforcer le Traité - d'abord à la Conférence d'examen en mai, ensuite au sommet mondial en septembre (dépêche du 27.05.06 et dépêche du 01.02.06).

« Le pacte conclu entre les puissances nucléaires et le reste de la communauté internationale, pacte qui est le fondement du Traité, est aujourd'hui remis en question (...) Si le désarmement a avancé quelque peu, il y a encore des milliers d'armes nucléaires dans le monde, beaucoup en position de lancement », a-t-il souligné.

« Il nous faut parvenir à une conception commune des menace nucléaire les plus imminentes. La discussion entre ceux qui veulent le désarmement d'abord, et des nouvelles mesures de non-prolifération ensuite, et ceux qui veulent l'inverse ne mène nulle part », a souhaité le Secrétaire général.

« Nous devons convaincre que l'arme nucléaire est une fausse valeur. Le Japon a montré qu'il n'était pas nécessaire d'en posséder pour jouir de la sécurité et d'une stature internationale », a-t-il encore affirmé.

Il a également souhaité que la communauté internationale trouve une solution à deux crises : la Corée du Nord et l'Iran.

A propos de la Corée du Nord, Kofi Annan a exprimé l'espoir que ses dirigeants entendent « ce que le monde est en train de leur dire et qu'ils prendront grand soin de ne pas rendre la situation dans la péninsule encore plus compliquée qu'elle ne l'est ».

Concernant l'Iran, il a souhaité que le gouvernement iranien permette à l'AIEA de garantir que ses activités nucléaires n'ont que des intentions pacifiques.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.