L'UNHCR appelle les pays de l'Euromed à garantir la protection des réfugiés

25 novembre 2005

La mort tragique des centaines de personnes qui chaque année tentent d'atteindre l'Europe par des moyens illégaux a maintenant atteint les proportions d'une crise humanitaire majeure et nécessite une action urgente de tous les pays concernés, alerte l'agence des Nations Unies pour les réfugiés, qui salue les efforts entrepris par l'Euromed.

« La semaine prochaine, le 27 et 28 novembre, les représentants des 35 pays européens et du sud de la Méditerranée (Euromed) se rencontreront à Barcelone pour célébrer le 30e anniversaire du lancement du Processus de Barcelone, un cadre de relations politiques, économiques et sociales entre les 25 Etats membres de l'Union européenne et dix partenaires méditerranéens », a indiqué aujourd'hui Jennifer Pagonis, porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), lors d'un point de presse au siège de l'ONU à Genève.

L'Euromed comprend les 25 membres de l'Union européenne et 10 pays méditerranéens : l'Algérie, l'Egypte, Israël, la Jordanie, le Liban, le Maroc, l'Autorité palestinienne, la Syrie, la Tunisie et la Turquie, la Libye ayant statut d'observateur.

A cette occasion, alors que l'Euromed devrait adopter un plan de travail destiné à fournir la base de la coopération euro-méditerranéenne pour les cinq prochaines années, le HCR appelle à donner la priorité à la question des migrations afin de prévenir de nouveaux incidents.

« L'UNHCR encourage les pays de l'Euromed à faire une référence spécifique aux principes de protection internationale dans le plan de travail », a précisé Jennifer Pagonis.

« Parmi ceux qui participent à ces déplacements illégaux par terre ou par mer, il y a des personnes qui recherchent de meilleures perspectives économiques, mais il y a également des personnes qui fuient la persécution, les conflits et toute forme de violence. Ils ont besoin d'une protection que les Etats ont la responsabilité juridique et morale de leur fournir », a-t-elle ajouté.

« La question est comment s'assurer que ceux qui demandent l'asile ont effectivement accès à des procédures justes et efficaces de détermination du statut, même s'ils arrivent avec des personnes qui migrent pour d'autres raisons », a-t-elle souligné.

Le HCR appelle aussi les pays engagés dans le Processus de Barcelone à s'impliquer davantage pour assurer le droit de demander l'asile et préserver les principes de la protection internationale, basés notamment sur une pleine et entière application de la Convention de Genève de 1951.

Le principe de non-refoulement, qui interdit aux Etats de renvoyer des personnes vers des territoires où leur vie et leur liberté sont menacées, doit être respecté, a insisté le HCR.

Voir sur le site du HCR la documentation sur la protection internationale et sur la détermination du statut de réfugié ainsi que les manuels et guides de l'agence

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.