La FAO aide l'Indonésie à combattre le virus de la grippe aviaire à sa source

24 octobre 2005

L'agence des Nations Unies pour l'agriculture a lancé aujourd'hui une nouvelle opération pour lutter contre la grippe aviaire en Indonésie qui consiste à identifier les zones infectées et combattre le virus à sa source, à savoir dans les poulaillers, malgré les difficultés que cela représente pour des millions de paysans pauvres.

« La situation préoccupante de la grippe aviaire en Indonésie, où plusieurs décès ont été récemment recensés, nécessite une action coordonnée et énergique, impliquant tous les acteurs aussi bien au plan national qu'au niveau des multiples districts et communautés localesé, indique un communiqué de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), publié aujourd'hui simultanément à Bangkok et à Rome.

« Le virus de la grippe aviaire risque de devenir endémique dans plusieurs parties du pays », prévient Joseph Domenech, chef des services vétérinaires de la FAO.

« Nous sommes très préoccupés par la présence du virus parmi les volailles élevées dans des millions de petits poulaillers et les basses-cours. Il semble qu'il y ait toujours un manque de sensibilisation au sein des communautés rurales à propos de la menace que représente ce virus pour l'homme et les animaux », a-t-il ajouté.

« Les gros éleveurs de volailles ont réussi à se protéger eux-mêmes : ils ont la connaissance et les moyens de mettre en place des mesures efficaces de biosécurité et de lutte contre le virus », a-t-il précisé.

Dans un premier temps, l'objectif de la FAO est d'établir, avec une équipe d'experts impliquant les ministères indonésiens, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Programme alimentaire mondial (PAM), des centres de détection et de surveillance de la maladie dans les zones de points chauds.

Ces centres formeront des vétérinaires locaux qui seront capables d'identifier le virus et de lutter contre la maladie, a expliqué Peter Roeder, expert en santé animale qui dirigera l'équipe de la FAO en Indonésie.

Les vétérinaires passeront systématiquement de maison en maison pour rechercher les oiseaux malades et décider, avec les autorités indonésiennes, des mesures à prendre comme l'abattage ou la vaccination, indique la FAO.

« Cette approche quasi-militaire contre la grippe aviaire a prouvé sa grande efficacité en Thaïlande. La FAO enverra une équipe de vétérinaires thaïlandais expérimentés afin qu'ils partagent leur expérience avec leurs homologues indonésiens et qu'ils forment des centaines de techniciens en santé animale. Nous pensons que l'Indonésie peut apprendre beaucoup de l'expérience thaïlandaise », a ajouté Peter Roeder.

Dans un deuxième temps, le projet explorera les possibilités de compensation pour les éleveurs.

« Tuer des poulets infectés représente toujours une perte économique énorme pour de nombreux paysans pauvres qui, souvent, sont réticents à l'idée d'abandonner leurs volailles. Nous devons faire tout ce qui est possible pour que les paysans soient nos principaux alliés dans cette lutte contre la grippe aviaire », a souligné Joseph Domenech.

Le chef des services vétérinaires a par ailleurs fait savoir que la recherche du virus dans les communautés locales pourrait être beaucoup plus efficace si des kits de tests rapides étaient disponibles.

« Malheureusement, de tels kits pour tester les animaux sur place n'existent pas et nous sommes toujours dépendants des tests en laboratoire, beaucoup trop lents. La FAO encourage donc les chercheurs des universités et les firmes de biotechnologie à développer rapidement un outil aussi important », a-t-il ajouté.

Le projet d'urgence de la FAO en Indonésie sera financé par l'Agence américaine pour le développement international (USAID), à hauteur de 1,5 million de dollars, indique le communiqué.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.