Soudan : l'ONU poursuit ses consultations avec le Gouvernement et les rebelles du Sud

17 mai 2005

Poursuivant leur action pour faciliter la reprise des négociations sur le Darfour et renforcer la Mission de l'Union africaine au Darfour, le responsable des opérations de maintien de la paix de l'ONU et l'Envoyé du Secrétaire général pour le Soudan ont poursuivi aujourd'hui leurs consultations avec le chef des mouvements rebelles du Sud, tandis que Lakhdar Brahimi, Conseiller spécial de Kofi Annan, devait rencontrer à Khartoum des représentants du Gouvernement soudanais.

Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Marie Guéhenno, et le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan, Jan Pronk, ont quitté Khartoum, la capitale, pour la ville de Rumbek, au Sud-Soudan, où ils ont rencontré John Garang, Président du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM), a informé aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York.

Lakhdar Brahimi, Conseiller spécial du Secrétaire général, qui se trouve également dans le pays, est resté à Khartoum où il devait rencontrer des représentants du Gouvernement soudanais, a précisé le porte-parole.

Le 12 mai dernier, le Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, Hedi Annabi, avait rappelé devant le Conseil de sécurité que le Secrétaire général restait en contact étroit avec le Président de la Commission de l'Union africaine, Alpha Oumar Konaré, et qu'il avait récemment envoyé son Conseiller spécial, Lakhdar Brahimi, pour discuter de la façon dont l'ONU pourrait aider l'Union africaine à étendre sa mission (voir notre dépêche du 12 mai 2005).

Ce dernier a indiqué par ailleurs que, selon la Mission des Nations Unies au Soudan (UNMIS, selon son acronyme anglais) stationnée à Khartoum, la situation sécuritaire au Darfour cette semaine avait été « relativement calme en termes d'affrontements entre le Gouvernement et les groupes rebelles et des membres de tribus », en dépit d'informations concernant des attaques.

Le banditisme demeure répandu dans la région du Darfour, l'enlèvement et la détention du personnel humanitaire était signalée tant au Nord qu'au Sud-Darfour (carte).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.