Liban: l'Envoyé de l'ONU annonce un retrait syrien complet d'ici au 30 avril 2005

4 avril 2005

Le Secrétaire général a salué aujourd'hui l'accord auquel est parvenu son Représentant spécial avec le Gouvernement syrien, qui prévoit le retrait total des troupes et appareils de renseignement syriens avant le 30 avril prochain, retrait qui devra être vérifié par une équipe de l'ONU. L'Envoyé de l'ONU a appelé au Liban à la tenue d'élections dans le calendrier prévu.

Le Secrétaire général s'est félicité aujourd'hui de l'accord réalisé à Damas hier entre Terje Roed-Larsen, son Représentant spécial pour la mise en oeuvre de la résolution1559 (2004) et le Gouvernement syrien concernant le retrait « total et complet, d'ici au 30 avril 2005, des troupes, arsenal militaire et appareil de renseignement syriens, conformément aux exigences de la résolution 1559 (voir, sur la mission du Représentant spécial, notre dépêche du 31 mars 2005).

Dans une déclaration à la presse diffusée hier à Damas, Terje Roed-Larsen avait indiqué que le Gouvernement de la Syrie, par l'intermédiaire du Président Bachar Al-Assad et du Ministre des affaires étrangères Farouq al-Sharaa » l'avait informé du redéploiement, dans un première étape, de « toutes ses troupes au Liban vers la Vallée de la Bekaa, dans le cadre des accords réalisés le 12 mars 2005 à Alep ».

« Cet engagement implique que toutes les forces de sécurité syriennes et leur équipement soient retirés du Liban dans l'esprit de l'Accord de Taëf, et en pleine application de la résolution 1559 », a précisé le Représentant spécial.

L'Accord de Taëf, du nom de la ville d'Arabie saoudite où se sont réunis les députés libanais le 22 octobre 1989, a mis fin à une série de conflits armés qui ont ravagé le pays pendant près de 16 ans et réorganisé les institutions du pays sur la base d'une répartition entre chrétiens maronites, musulmans chiites et sunnites.

« Dans ce contexte, le Gouvernement de la Syrie a convenu avec moi que, sous réserve d'un accord donné par les autorités libanaises, une équipe de vérification de l'ONU soit dépêchée afin de vérifier le retrait total de la Syrie » a précisé l'Envoyé de l'ONU.

Terje Roed-Larsen a indiqué qu'il existait à présent un accord entre l'ONU et la Syrie pour que la mise en oeuvre du retrait soit « conduite d'une manière qui garantisse la stabilité et l'unité tant du Liban que de la Syrie ».

Le porte-parole du Secrétaire général, Fred Eckhard, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York, a informé que l'Envoyé de l'ONU se trouvait aujourd'hui au Liban, où il a abordé la nécessité de convoquer des élections libres et équitables, selon le calendrier prévu, avec le Président Emile Lahoud, le Premier Ministre Omar Karami, le Ministre des Affaires étrangères, Mahmoud Hammoud et le Président du Parlement, Nabih Berri.

« Il discutera demain avec les ministres libanais de la Défense et de l'Intérieur, ainsi qu'avec le Chef de l'armée, des mécanismes du retrait des troupes syriennes et des agents de renseignement », a précisé le porte-parole.

Le Conseil de sécurité a entendu ce matin un exposé du Représentant de la France qui a soumis un projet de résolution prévoyant la création d'une Commission d'enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri (voir, sur les conclusions de l'enquête préliminaire de l'ONU, notre dépêche du 30 mars 2005).

Lors d'une conférence de presse aujourd'hui au Siège de l'ONU, le Président du Conseil de sécurité pour le mois d'avril, le Représentant de la Chine, Wang Guangya, s'est déclaré confiant dans la possibilité d'établir une telle commission, précisant que les désaccords portaient pour l'instant sur sa durée et sur ses compétences en parallèle avec les autorités libanaises.

- Dossier Moyen-Orient du site de l'ONU

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.