Seulement 5 % des fonds demandés pour le Soudan disponibles, déplore Jan Egeland

7 mars 2005
Jan Egeland

A l'heure où l'Envoyé de l'ONU pour le Soudan tente de relancer les négociations de paix entre le Gouvernement et les rebelles du Darfour, connues sous le nom de pourparlers d'Abuja, le Coordonnateur humanitaire des Nations Unies déplore le manque de fonds qui ne s'élèvent qu'à 5% de ce que la communauté internationale avait promis pour le pays dans l'hypothèse de la signature de l'Accord de paix Nord-Sud.

« Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan, Jan Pronk, était aujourd'hui à Asmara, capitale de l'Erythrée, pour des pourparlers des représentants du Gouvernement et des représentants des organisations rebelles du Darfour », a informé le porte-parole du Secrétaire général, Fred Eckhard, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York.

Ses discussions auront pour objet de relancer les pourparlers de paix d'Abuja, a-t-il précisé.

Par ailleurs, Jan Egeland, Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, a achevé un voyage de quatre jours au Soudan (voir notre dépêche du 3 mars), à l'issue duquel il s'est déclaré préoccupé par le faible niveau de financement pour mettre en place le plan de travail pour le pays de 2005.

Avec seulement 5% des fonds demandés disponibles, Jan Egeland a déclaré « qu'il y avait un décalage troublant entre ce que le monde avait promis de faire une fois que l'accord de paix serait signé et ce qu'il a fournit.

« Soit le monde décide d'investir, soit nous perdons une occasion historique de réparer les conséquences d'une des pires guerres de notre génération », a déclaré Jan Egeland, qui avait estimé, lors d'une conférence de presse donnée le 18 février dernier, que le monde « trahirait » le Darfour, s'il ne mettait pas en place « une force plus robuste » sur le terrain (voir notre dépêche du 18 février 2005).

- Dossier Soudan du site de l'ONU

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.