Kofi Annan demande au Conseil de sécurité le renforcement de la MONUC pour lutter contre les abus sexuels

Kofi Annan demande au Conseil de sécurité le renforcement de la MONUC pour lutter contre les abus sexuels

Le Secrétaire général a demandé aujourd'hui au Conseil de sécurité d'aider la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo à renforcer ses capacités pour lutter contre les abus sexuels et annoncé des mesures strictes de cantonnement et de couvre-feu pour le personnel militaire, en attendant la promulgation d'un code de conduite pour tous les casques-bleus. Le Secrétaire général prévient qu'à court terme il fallait s'attendre à un accroissement des allégations d'abus.

« Le Secrétaire général a transmis au Conseil de sécurité une lettre concernant les allégations d'abus sexuels à l'encontre du certains membres du personnel de la Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) », a informé aujourd'hui la porte-parole du Secrétaire général, Marie Okabe, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York.

Dans sa lettre, le Secrétaire général note « que les membres du Conseil reconnaissent comme lui les sacrifices et les contributions considérables des casques bleus » et souligne qu'il est important que ces derniers sachent que « nous soutenons tous leurs efforts », a déclaré la porte-parole.

Signalant l'envoi auprès de la MONUC d'une équipe multi-disciplinaire du Département des opérations de maintien de la paix (DPKO selon son acronyme anglais) qui mène des enquêtes sous la direction de la Sous-Secrétaire générale, Angela Kane, le Secrétaire général indique que la Mission elle-même avait pris un certain nombre de mesures pour éliminer les comportements inappropriés, notamment une stricte politique de cantonnement et un couvre-feu pour les contingents militaires.

« Le DPKO a aussi organisé un groupe de travail au Siège de l'ONU pour lancer une série d'initiatives, notamment des mesures vigoureuses pour promulguer un code de conduite de l'ONU s'imposant à tous les casques bleus », a déclaré Marie Okabe.

« A court terme, le Secrétaire général a alerté le Conseil de sécurité » qu'il ne fallait pas s'attendre à une réduction du nombre d'allégations mais « plutôt vraisemblablement à leur augmentation », a précisé la porte-parole, ajoutant que Kofi Annan avait appelé les membres du Conseil à renforcer la capacité de la Mission à prendre des mesures pour assurer sa propre surveillance.

« En particulier, la Mission requiert au moins 100 policiers supplémentaires, ainsi que des enquêteurs de langue française qualifiés », a-t-il souligné.

Kofi Annan a réaffirmé son engagement personnel à « rester vigilant sur la question » et s'est engagé à « travailler sans relâche pour restaurer la confiance dans la mission des casques bleus comme l'une des missions les plus nobles qui soient », a rapporté la porte-parole.

Les abus sexuels commis par les casques bleus sont signalés, au rang des « situations préoccupantes » concernant les enfants et les conflits armés, dans le dernier rapport du Secrétaire général sur la question (voir notre dépêche d'aujourd'hui).