La coordination, priorité pour les efforts d'assistance en Asie du Sud, affirme Kofi Annan

31 décembre 2004

Coopération et coordination dans les efforts de secours en Asie du Sud ont été les maîtres mots d'une conférence de presse du Secrétaire général Kofi Annan à l'issue d'un entretien avec le Secrétaire d'Etat américain Colin Powell, au cours de laquelle ils ont aussi abordé les élections en Iraq et les accords de paix qui viennent d'être signés au Soudan.

"Le Secrétaire d'Etat Powell et moi avons eu une discussion très utile cet après-midi pour examiner nos efforts pour venir en aide à ceux qui en ont besoin" a déclaré Kofi Annan. "Nous avons aussi abordé la nécessité pour nous de coopérer et de coordonner nos efforts, non seulement entre Etats Membres mais entre organisations non gouvernementales (ONG) nationales, la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les organisations régionales et internationales" a-t-il ajouté.

« Nous allons avoir besoin d'un soutien logistique massif en termes d'hélicoptères et de contrôleurs aériens afin d'acheminer les secours », a-t-il indiqué, rappelant que les secours devaient aussi porter sur le long terme.

Le Secrétaire général a par ailleurs cet après-midi enregistré un message vidéo en solidarité avec les victimes (lire la transcription).

Lors de la conférence de presse, Kofi Annan a remercié Colin Powell « pour le ferme soutien et pour la coopération que nous avons eue tout au long de son mandat de Secrétaire d'Etat ».

« Au sixième jour de la crise, nous avons envoyé des équipes d'expert, acheminé des fournitures et un contingent de forces armées américaines est en chemin » a pour sa part informé Colin Powell, qui a indiqué que la contribution financière des Etats-Unis s'élevait maintenant, « après un entretien avec le Président Bush », à 350 millions de dollars au total.

« Cela reflète la générosité américaine mais aussi les besoins », a-t-il déclaré, précisant que les premiers efforts se porteraient vers la région d'Aceh, en Indonésie (carte), notamment pour acheminer l'assistance.

Répondant à la question d'un journaliste sur le rôle de soutien à l'ONU du « Groupe restreint » formé à l'initiative des Etats-Unis, de l'Australie, de l'Inde, du Japon et de la Thaïlande [aussi dénommé dans la presse « Coalition internationale de secours »], Colin Powell a indiqué qu'elle était née du souci de « coordonner les efforts des pays de la région » disposant des ressources nécessaires.

« Le Royaume-Uni n'y figure pas car il s'agissait de réunir les pays de la région ou, dans le cas des Etats-Unis, des pays disposant de ressources militaires ou diplomatiques dans la région », a-t-il précisé en réponse à une question.

En temps voulu, « nous espérons que la nécessité du Groupe disparaîtra d'elle-même, du fait du regroupement des efforts de toutes les organisations internationales sous la supervision de l'ONU », a-t-il ajouté.

Interrogé sur le rôle de la Chine à cet égard, le Secrétaire d'Etat a précisé « qu'elle augmentait son niveau de contributions, et qu'elle pouvait le faire sans nécessairement faire partie du Groupe restreint ». Kofi Annan a ajouté à cela qu'il était encourageant de voir le rôle qu'entendaient jouer l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) dans l'effort d'assistance.

Concernant les relations des Etats-Unis et de l'ONU, le Secrétaire d'Etat a déclaré : « les Etats-Unis soutiennent l'ONU ».

« Cela ne signifie pas que de temps en temps il n'y aura pas de désaccords entre les dirigeants des Etats-Unis et de l'ONU. Lorsque cela se produit, on trouve le moyen de les régler. C'est dans l'intérêt du monde. C'est dans l'intérêt de tous les pays des Nations Unies que d'avoir de bonnes relations avec le Secrétaire général de l'ONU, qui est le représentant de tous les pays membres des Nations Unies », a affirmé Colin Powell.

« L'heure n'est pas aux dissensions mais à l'union pour aider les victimes », a-t-il ajouté.

Interrogés sur la possibilité que la catastrophe puisse mettre fin à deux guerres civiles en Asie du Sud - au Sri Lanka avec les tigres tamouls et en Indonésie avec le mouvement séparatiste pour la libération de la région d'Aceh - Kofi Annan a indiqué que l'on assistait déjà à une coopération à Aceh et qu'il fallait espérer qu'elle se poursuivrait à l'avenir.

« Nous avons aussi abordé la question de l'Iraq et des efforts que nous consacrons pour assister la Commission électorale iraquienne », a déclaré Kofi Annan, « afin que les élections puissent avoir lieu en janvier 2005 » (voir notre dépêche d'aujourd'hui sur l'appel lancé par l'Envoyé de l'ONU à voter aux élections de janvier).

Quant au Soudan, nous avons été tous les deux heureux de la signature des accords de paix (voir notre dépêche d'aujourd'hui), a déclaré Kofi Annan, ajoutant : « il faut maintenant passer à la phase de la mise en oeuvre ». « Bien sûr, le Darfour a aussi été abordé », a précisé Kofi Annan.

Colin Powell a ajouté que les Etats-Unis étaient prêts à apporter leur assistance à cet égard.

- Dossier spécial 'tsunami' sur le site de l'ONU

imageRetransmission de la conférence de presse de Kofi Annan et de Colin Powell[19mins]

Cette conférence de presse a été suivie d'un point avec la presse de Jan Egeland, Coordonnateur des secours d'urgence de l'ONU (voir notre dépêche d'aujourd'hui).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.