Soudan : l'échec de l'Accord de paix n'est pas envisageable, rappelle Jan Pronk

Soudan : l'échec de l'Accord de paix n'est pas envisageable, rappelle Jan Pronk

media:entermedia_image:640f38c0-dfba-4574-999a-f743b0e49a81
L'Envoyé de l'ONU au Soudan, qui a rencontré au Kenya le Vice-Président du Soudan et le chef de l'Armée de libération du Soudan a mis en garde les deux hommes sur le fait qu'un échec de l'Accord global de paix entre le gouvernement soudanais et les mouvements rebelles n'était pas une option envisageable.

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan, Jan Pronk, est rentré hier de Naivasha au Kenya où il a rencontré séparément le Vice-Président soudanais, Ali Osman Taha, et John Garang, le chef des rebelles de l'Armée/Mouvement de libération du Soudan (SLM/A, selon son acronyme anglais), a indiqué le porte-parole du Secrétaire général, Fred Eckhard, lors de son point quotidien avec la presse au Siège de l'ONU à New York.

Jan Pronk a salué lors de ses entretiens « l'état d'esprit positif des leaders quant à leur volonté de finaliser un accord sur les questions en attente », a rapporté le porte-parole.

Le Représentant spécial a insisté pour que les deux hommes fassent « tous les efforts qui devraient être entrepris pour remplir les engagements qu'ils ont pris auprès de la communauté internationale et du Conseil de sécurité le 19 novembre à Nairobi » a ajouté le porte-parole, précisant que « Jan Ponk les avait mis en garde sur le fait qu'un échec n'était pas une option envisageable » (voir notre dépêche du 6 décembre).

Le Conseil de sécurité s'était déclaré hier extrêmement préoccupé par l'escalade de la violence au Darfour et avait exhorté toutes les parties à respecter leurs engagements alors que le représentant des Etats-Unis estimait, de son côté, que la région était à présent dans une « impasse » (voir notre dépêche du 7 décembre 2004).