Soudan : poursuite des négociations sur l'Accord d'Abuja III

Soudan : poursuite des négociations sur l'Accord d'Abuja III

media:entermedia_image:982542fa-4559-483a-a8cc-666f6e871230
Alors qu'approche la date butoir du 31 décembre pour la conclusion d'un Accord global de paix entre le Gouvernement soudanais et les mouvements rebelles, l'Envoyé de l'ONU poursuit ses consultations avec les deux parties à Nairobi, au Kenya, pour la reprise des pourparlers intitulés « Abuja III ».

Le Représentant spécial du Secrétaire général pour le Soudan, Jan Pronk, a rencontré aujourd'hui, à Naivasha au Kenya, le général Lazarus Sumbeiywo, principal médiateur des pourparlers de paix pour le Soudan, a informé aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, Fred Eckhard, lors de son point quotidien avec la presse, au Siège de l'ONU à New York.

« La discussion a porté sur les progrès accomplis par les parties vers la réalisation d'un accord global de paix », a précisé le porte-parole. Le 9 décembre prochain doit commencer un nouveau cycle de négociations dans le cadre du processus de paix entamé à Abuja, intitulées « Abuja III », l'accent étant mis cette fois sur les aspects politiques, sociaux et économiques du conflit.

Jan Pronk devait aussi s'entretenir aujourd'hui avec le Vice-Président soudanais, Ali Osman Taha, ainsi qu'avec John Garang, chef des rebelles de l'Armée/Mouvement de libération du Soudan (SLM/A), pour évaluer séparément avec chacun d'eux les progrès accomplis dans la perspective d'un accord de paix global, qui devrait être réalisé avant la date butoir du 31 décembre.

Le 19 décembre dernier, les deux parties avaient signé un mémorandum d'accord, dans lequel elles s'engageaient à conclure un accord définitif avant la fin 2005.

Cet accord avait été suivi de l'adoption d'une résolution par le Conseil de sécurité qui s'engageait, si un tel accord était bel et bien signé, à appuyer le relèvement du Soudan et à envisager la création d'une opération de l'Organisation des Nations Unies à l'appui de la paix dans le pays (voir notre dépêche du 19 novembre 2004).

Jan Pronk s'était vivement inquiété de l'évolution de la situation après cette signature, notamment lorsque des membres de l'Armée/Mouvement de libération du Soudan avaient attaqué des membres des forces gouvernementales soudanaises dans la ville de Tawila, au Darfour (voir notre dépêche du 26 novembre 2004).