L'action du HCR réclamée au Darfour par les autorités soudanaises

30 septembre 2004

Alors que le Conseil de sécurité se penche à nouveau aujourd'hui sur la situation au Darfour, le Haut Commissaire de l'ONU pour les réfugiés indique, au terme d'une visite de cinq jours au Soudan, avoir été sollicité par les autorités du pays pour vérifier la nature volontaire des retours de personnes déplacées et la « nature civile » de celles résidant dans les camps.

Le Vice-président du Soudan, Ustaz Ali Osman Taha, a demandé au Haut commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Ruud Lubbers, lors d'un entretien à à Khartoum, mardi, l'intervention de l'agence de l'ONU dans les camps de personnes déplacées au Darfour de façon à ce qu'elle s'assure « de la nature civile des camps », indique un communiqué (en anglais) du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) diffusé aujourd'hui.

L'un des ministres rencontrés également mardi ayant indiqué que 190 000 personnes déplacées étaient d'ores et déjà retournées dans leurs villages au Darfour, le Vice-président soudanais a également demandé à Ruud Lubbers que le HCR vérifie le caractère volontaire de ces retours de façon à lever les doutes à cet égard.

Le chef du HCR, qui a apporté ces informations lors d'une rencontre avec la presse qui a eu lieu à Khartoum au terme de ses cinq jours de visite dans le pays (voir également notre dépêche du 28 septembre), a également précisé qu'il avait discuté avec des observateurs de l'Union africaine stationnés à El Geneina, la capitale du Ouest-Darfour (carte des réfugiés au Darfour) et qu'ils étaient tombés d'accord pour dire que le rôle de l'UA n'était pas seulement de contrôler l'application du cessez-le feu.

« Il est certain que le HCR travaillera en tandem avec l'UA », a affirmé Ruud Lubbers, qui a précisé quel serait le rôle spécifique de l'agence qu'il dirige.

« Pour nous, ce qui est important, c'est de donner aux citoyens qui ont subi des abus, de pouvoir les signaler et de voir que quelque chose est fait à cet égard », a-t-il déclaré.

Le HCR compte mettre en place des centres communautaires, en fonction des besoins des personnes déplacées, où elles puissent venir formuler leurs plaintes, précise le communiqué.

C'est par ailleurs aujourd'hui jeudi que la Haut Commissaire aux droits de l'homme, Louise Arbour et le Conseiller spécial de l'ONU pour la prévention des génocides, Juan Mendez, présentent au Conseil de sécurité, dans le cadre de consultations à huis clos, les conclusions de leur mission au Darfour.

Les deux envoyés de l'ONU dans la province soudanaise avaient été dépêchés par le Secrétaire général Kofi Annan afin d'y évaluer d'éventuelles mesures de protection des populations civiles.

Mme Arbour devrait s'adresser à la presse à la suite de ces consultations, a précisé hier le porte-parole de l'ONU, Fred Eckhard.

Mardi prochain, ce sera au tour du Représentant spécial pour le Soudan, Jan Pronk, de présenter au Conseil de sécurité son deuxième rapport sur les progrès « ou l'absence de progrès » du Gouvernement du Soudan quant au rétablissement de la sécurité au Darfour, a également indiqué hier Fred Eckhard.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.