FAO : production céréalière mondiale en hausse et en phase avec la consommation

20 septembre 2004

Dans un rapport publié aujourd'hui, à l'occasion de la réunion du Comité de la sécurité alimentaire mondiale de la FAO, l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture produit des chiffres révisés à la hausse pour la production céréalière mondiale qui devrait atteindre 1, 985 milliard de tonnes en 2004, soit 29 millions de tonnes de plus par rapport aux prévisions de juin, malgré la dévastation acridienne dans le Sahel.

Cette progression s'explique par des récoltes de blé en Europe ayant dépassé les prévisions alors qu'aux Etats-Unis les conditions climatiques ont dopé la production de maïs. Ces chiffres révisés figurant dans l'édition de septembre 2004 du rapport Perspectives alimentaires de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui indique que « si l'embellie persiste, il ne sera plus nécessaire de puiser dans les stocks céréaliers ».

Henri Josserand, Chef du Système mondial d'information et d'alerte rapide (SMIAR) de la FAO, précise que production et demande céréalières mondiales devraient s'équilibrer après quatre dernières années de fortes baisses des stocks céréaliers. Les prix, eux, sont en diminution depuis juin mais devraient être moins volatiles en 2004/05, indique un communiqué de l'agence.

En ce qui concerne le commerce mondial des céréales, le rapport prédit une forte baisse. Pour 2004/2005, le commerce atteindrait 227,6 millions de tonnes, reflétant l'infléchissement de la demande d'importations de blé et de céréales secondaires du fait de bonnes récoltes dans plusieurs pays habituellement importateurs.

Un chapitre spécial du rapport est consacré à la menace acridienne et à l'invasion du criquet pèlerin qui ravage en ce moment les cultures et les pâturages dans le Sahel. Des millions d'hectares sont infestés et des essaims gigantesques se forment et se déplacent à travers l'Afrique de l'Ouest, rappelle le communiqué qui souligne que, dans certains pays, les dégâts sont considérables.

Selon le rapport, le fléau acridien dans le Sahel aura non seulement des conséquences funestes sur la production alimentaire mais aussi sur les exportations agricoles et les revenus des ménages ruraux.

Une mission d'évaluation de la FAO et du CILSS (Comité Permanent Inter Etats de Lutte Contre La Sécheresse au Sahel) aura lieu en octobre. Elle permettra de mesurer l'ampleur des dégâts dans le Sahel qui, sans les criquets pèlerins, allait connaître une bonne récolte.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.