Présentation aux ONG haïtiennes des activités de la Mission de l'ONU en Haïti

Présentation aux ONG haïtiennes des activités de la Mission de l'ONU en Haïti

Haïti
La Mission de l'ONU en Haïti a présenté hier ses activités aux Organisations non gouvernementales haïtiennes et fait le point sur le déploiement de ses effectifs militaires.

La réunion d'information organisée par le Bureau des Affaires civiles de la MINUSTAH, la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti, à l'intention des ONG avait pour objectif premier de les informer sur « le fonctionnement, le déploiement et les projets de la Mission », précise le Chargé des Affaires Civiles Emilio Castaneda, dans un communiqué publié par la MINUSTAH.

Au plan sécuritaire, un bilan a été effectué sur l'évolution du déploiement des contingents de la MINUSTAH dans les différentes régions haïtiennes.

« Le nombre des militaires présents en Haïti s'élevant à 2 582 sur un effectif attendu de 6 700, celui des policiers civils étant de 233 sur un total prévu de 1622 » a indiqué le Chef de l'Unité de la Formation Initiale de la Civpol (police civile), Christophe Bolley qui a souligné que la mission assignée à la police civile était multiple, qu'elle consistait non seulement à réorganiser la Police nationale d'Haïti, mais également à « aider le Gouvernement de Transition à mettre en oeuvre des programmes de Désarmement, de Démobilisation et de Réinsertion complets et durables et à préparer les élections. »

Présentant la situation humanitaire en Haïti, Fernando Arroyo du Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires a souligné que plus de la moitié de la population était confrontée à l'insécurité alimentaire.

Le Responsable de l'Office de Concertations pour le Développement (OCODE) Jean Vilfort Beauvil, a jugé cette rencontre « très positive pour nous, les ONG, en ce sens qu'elle nous permet de mieux cerner et de comprendre le fonctionnement de la MINUSTAH. » Quant au coordonnateur de l'Association Droit et Justice, Walther Wesser Voltaire, il a indiqué qu'il comptait « solliciter l'appui de la MINUSTAH dans le cadre de la mise sur pied d'un projet d'assistance légale aux détenus démunis ».