Nouvelle attaque contre du personnel électoral en Afghanistan

Nouvelle attaque contre du personnel électoral en Afghanistan

media:entermedia_image:3aef13c6-2a71-42c8-b147-0a1ee5f8f731
Une nouvelle attaque contre du personnel électoral afghan ayant coûté la vie à deux d'entre eux a suscité la réaction indignée du Représentant spécial de l'ONU en Afghanistan.

Un convoi, composé de quatre véhicules du Secrétariat de l'Organe mixte d'administration des élections (OMAE) et de la police, a été attaqué à proximité du village de Yakhdan du district de Kijran, dans la province d'Uruzgan, au Sud-ouest de Kaboul (carte).

Un chargé de formation, Mohammed Hashim, et un des conducteurs, Mohammed Hussein, ont été tués sur le coup. Une troisième personne, qui n'est pas encore identifiée, est portée disparue. Les quatre véhicules ont été détruits. Une enquête a été lancée, indique aujourd'hui un communiqué de la Mission d'assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA).

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour l'Afghanistan, Jean Arnault, condamne dans les termes les plus forts l'attaque meurtrière d'hier, indique également le communiqué qui ajoute que M. Arnault espère sincèrement que le membre du convoi, qui est actuellement porté disparu, sera bientôt retrouvé vivant.

Le fait que la police, qui accompagnait le convoi, ait réussi à capturer un des attaquants, est jugé « encourageant » par le Représentant spécial qui espère que les autres seront rapidement appréhendés et traduits en justice.

Cette nouvelle attaque survient après une longue série d'incidents qui, au cours des quatre dernières semaines, inclut une attaque contre les locaux de l'OMAE, le 15 juillet dernier, ayant donné lieu à des actes de vandalisme : mobilier détruit et véhicules bombardés à coup de pierre.

Le 28 juillet, un engin explosif a été déclenché dans un bureau de vote installé dans une mosquée, entraînant la mort de deux membres du personnel et en blessant sept autres dont deux grièvement.

Le 30 juillet, l'organisation humanitaire Médecins sans frontières a annoncé qu'elle se retirait d'Afghanistan après que cinq de ses employés aient été assassinés début juin et alors que deux mois après, leurs assassins n'avaient toujours pas été traduits en justice.

Enfin, le 5 août, jeudi dernier, le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR) annonçait qu'il suspendait ses opérations dans le Sud-est de l'Afghanistan jusqu'à nouvel ordre, à la suite de l'assassinat de deux employés de Malteser, une ONG (Organisation non gouvernementale) allemande, partenaire du HCR et chargée de mettre en oeuvre ses opérations dans cette région.