La mission du Conseil de sécurité de l'ONU, aujourd'hui au Sénégal, s'envolera pour New York ce soir

29 juin 2004

La Mission du Conseil de sécurité, conduite par Sir Emyr Jones Parry , l'ambassadeur du Royaume-Uni auprès de l'ONU à New York, se trouve aujourd'hui au Sénégal dont elle repartira ce soir pour New York au terme d'une visite en Afrique de l'Ouest où elle a enregistré ou provoqué un certain nombre d'avancées.

En Côte d'Ivoire, à la demande des membres du Conseil de sécurité, le Président ivoirien Laurent Gbagbo a confirmé que l'Accord sur le statut des forces (SOFA) serait signé avant la fin juin 2004, que les modalités techniques relatives au début des opérations de la radio de l'ONUCI seraient réglées avant la fin de la première semaine de juillet 2004.

Conformément au nouveau calendrier de mise en œuvre des dispositions de l'Accord de Linas-Marcoussis, toutes les réformes politiques majeures seraient soumises à l'Assemblée nationale avant le 28 juillet 2004. Dans le cas contraire, le Président Gbagbo convoquerait une session extraordinaire de l'Assemblée nationale.

Au Libéria, la Mission du Conseil de sécurité a pu constater les progrès importants réalisés dans le déploiement de la MINUL et dans la poursuite du programme de Désarmement-réintégration (DR). Ces progrès ont eu un impact manifeste sur l'amélioration de la sécurité dans une large partie du territoire, même si les zones frontalières avec la Côte d'Ivoire et la Guinée nécessitent une attention particulière.

Le problème du déblocage par les donateurs des fonds promis s'y pose par ailleurs de façon urgente, en particulier dans le domaine réintégration et rapatriement du programme DR et en matière de lutte contre la corruption.

Le processus de consolidation de la paix post-conflit en Sierra Leone évolue de manière satisfaisante, bien qu'il reste beaucoup à faire, notamment en matière de lutte contre la corruption, de renforcement des capacités des forces armées, de réintégration des anciens combattants et de création d'emplois pour les jeunes.

Dans ce pays, le chef de la mission du Conseil de sécurité a eu l'occasion d'aborder avec le Tribunal spécial chargé de juger les crimes de guerre comme pendant les années de guerre civile dans le pays la question de l'extradition du Nigéria de l'ancien Président du Libéria, Charles Taylor. Il a indiqué qu'il s'agissait de trouver un compromis entre la nécessité de réconciliation nationale au Libéria et celle de ne pas laisser se développer une culture de l'impunité. L'ambassadeur Jones Perry tout en précisant que le Conseil de sécurité n'avait pas de position officielle sur le sujet a estimé que l'on s'acheminait vers cette extradition pour peu que la requête en soit faite dans les conditions énoncées par le Président du Nigéria à savoir par le Libéria.

La mission, composée de 14 membres du Conseil de sécurité sur 15, a quitté New York le 20 juin pour une tournée qui l'a menée successivement au Ghana, les 21 et 22 juin, en Côte d'Ivoire, du 22 au 24 juin, au Libéria, les 24 et 25 juin, en Sierra Leone, les 25 et 26 juin, au Nigeria, les 26 et 27 juin et en Guinée-Bissau, les 27 et 28 juin. La Mission a rejoint Conakry, en Guinée, le 28 juin dans la soirée avant de se rendre à Dakar, au Sénégal, le 29 juin, dernière étape avant son départ pour New York dans la soirée.

Cette tournée en Afrique de l'Ouest s'est produite à un moment où les Nations Unies enregistrent des progrès significatifs dans leurs efforts de paix en Afrique de l'Ouest, aussi bien au niveau sous-régional que dans les processus en cours au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée Bissau, exception faite de l'impasse préoccupante dans laquelle se trouve le processus de paix en Côte d'Ivoire.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.