La communauté internationale doit soutenir le plan de retrait israélien, selon le Secrétaire général adjoint Kieran Prendergast

23 juin 2004

Le retrait israélien prévu à Gaza devra être soutenu par la communauté internationale afin de garantir un transfert effectif, en termes financier comme en matière de sécurité, a affirmé mercredi un haut fonctionnaire de l'ONU devant le Conseil de sécurité.

« Les événements du mois dernier au Moyen-Orient montrent encore une fois à quel point les peuples de la région ont besoin d'une solution politique au conflit », a déclaré Kieran Prendergast, Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, lors d'un exposé mensuel devant le Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient, ajoutant que « la force ne permettra ni d'obtenir un Etat palestinien viable et indépendant, ni de garantir la sécurité et la reconnaissance d'Israël ».

M. Prendergast a rappelé que la partie palestinienne avait fait connaître son appui, s'il était appliqué dans le cadre de la Feuille de route, au plan de retrait d'Israël, adopté le 7 juin dernier. Ce plan, en quatre étapes, implique l'évacuation d'ici à 2005 de toutes les colonies et installations militaires dans la bande de Gaza, ainsi que de quatre colonies en Cisjordanie.

M. Prendergast a également rappelé la position du Quatuor selon laquelle le retrait israélien devait être total, et qu'il devrait y avoir un transfert de l'autorité à l'Autorité palestinienne. « Pour qu'il soit appliqué dans le cadre de la Feuille de route, des mesures similaires doivent être prises en Cisjordanie », sans réserve de l'application des autres dispositions de la Feuille de route, en particulier le respect du droit international humanitaire et le gel de toutes les colonies, a-t-il souligné.

La partie palestinienne a aussi des obligations à cet égard, a rappelé le Secrétaire général adjoint, notamment l'établissement de contrôles de sécurité à Gaza, et la réorganisation de l'Autorité palesitinienne, qui est une exigence « non seulement du Quatuor, mais aussi du peuple palestinien ».

Par ailleurs, le porte-parole de l'ONU, Fred Eckhard, a indiqué mercredi dans son point quotidien avec la presse que l'Envoyé de l'ONU pour le Moyen-Orient, Terje Roed Larsen, avait rencontré aujourd'hui l'envoyé du Président égyptien, Omar Suleiman, avant le lancement de sa mission en Israël et dans les territoires palestiniens. Leur discussion a notamment porté sur les « moyens de permettre aux deux parties de saisir l'opportunité actuelle et de faire de l'initiative de retrait israélienne de la bande de Gaza un nouveau départ pour le processus de paix », a précisé le porte-parole.

Terje Roed Larsen rencontrera jeudi des envoyés des Etats-Unis, de l'Union européenne et de la Fédération de Russie lors d'une réunion du Quatuor, à Taba, en Egypte.

« Les envoyés devraient débattre de leur plan d'action et d'autres mesures au soutien de l'initiative de l'Egypte », a dit le porte-parole.

Lors de son exposé devant le Conseil de sécurité, M. Prendergast a indiqué que l'Egypte avait offert de former les forces de sécurité palestiniennes, tandis que la Jordanie a présenté un plan similaire pour les autorités palestiniennes en Cisjordanie.

---

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.