L'UNICEF satisfaite de la décision du Tribunal spécial pour la Sierra Leone qualifiant l'enrôlement d'enfants de crime de guerre

L'UNICEF satisfaite de la décision du Tribunal spécial pour la Sierra Leone qualifiant l'enrôlement d'enfants de crime de guerre

media:entermedia_image:32a74240-d803-445c-8b4d-5c3b98ef961f
L'UNICEF se félicite, jeudi dans un communiqué, du jugement rendu récemment par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone décrétant que l'enrôlement d'enfants de moins de 15 ans ou leur utilisation au combat représentait un crime de guerre aux termes du droit international.

L'UNICEF se félicite, jeudi dans un communiqué, du jugement rendu récemment par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone décrétant que l'enrôlement d'enfants de moins de 15 ans ou leur utilisation au combat représentait un crime de guerre aux termes du droit international.

« Ce jugement historique pourrait déboucher sur les premières condamnations jamais prononcées pour le recrutement d'enfants soldats », souligne l'institution des Nations Unies pour la défense des droits des enfants, qui qualifie cette décision d' « initiative courageuse visant à exiger des comptes des auteurs de crimes graves commis contre des enfants ».

« Il s'agit d'une décision historique, car elle tient les auteurs de ces méfaits pour responsables de leurs crimes », a déclaré, citée dans le communiqué, Carol Bellamy, Directrice générale de l'UNICEF. « Elle devrait alarmer les groupes armés du monde entier et empêcher à l'avenir le recrutement d'enfants et leur utilisation au combat. »

Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone a été créé conjointement par le Gouvernement sierra-léonais et par les Nations Unies en janvier 2002. Son mandat est de juger ceux qui portent la plus grande responsabilité pour les graves violations du droit humanitaire international et du droit national commises dans ce pays depuis le 30 novembre 1996.

Onze personnes provenant des trois anciennes factions armées de Sierra Leone ont été mises en examen par le Tribunal spécial. Elles sont accusées de crimes de guerre, de crimes contre l'humanité et autres violations du droit international. Toutes sont accusées d'avoir recruté des enfants ou de les avoir utilisés comme soldats.

« La décision du tribunal survient à un moment capital, alors que garçons et filles continuent d'être enrôlés pour des guerres d'adultes », estime l'UNICEF. « Des dizaines de milliers d'enfants soldats sont contraints de commettre des atrocités ou servent de cuisiniers, de porteurs ou d'esclaves sexuels. Ils subissent souvent les pires brutalités, y compris des séances de torture physique, de violence sexuelle ou de viol. Quelque 6 000 enfants ont été démobilisés à la fin de la guerre civile en Sierra Leone. »