La Guinée équatoriale renforce son aviation civile avec l'aide du PNUD

13 mai 2004

La Guinée équatoriale a entrepris de restructurer et de renforcer son transport aérien, avec l'aide du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), pour faire face à une demande croissante lié au boom pétrolier qui concerne ce pays riche en pétrole.

La Guinée équatoriale a entrepris de restructurer et de renforcer son transport aérien, avec l'aide du Programme des Nations Unies pour le développement, pour faire face à une demande croissante lié au boom pétrolier qui concerne ce pays riche en pétrole.

Le gouvernement a alloué 3,7 millions de dollars à ce projet qui va s'échelonner sur quatre ans, la contribution financière du PNUD s'élevant à 110 000 dollars, indique un communiqué de l'agence de l'ONU.

Le PNUD aide le gouvernement à élaborer un plan de développement de l'aviation civile qui visera notamment à restructurer la Commission de l'aviation civile, renforcer le contrôle du trafic aérien, améliorer le traitement de la documentation, s'assurer que les aéroports soient conformes aux normes internationales, évaluer les compétences du personnel et dispenser des formations pour renforcer les connaissances.

Le Président Teodoro Obiang Nguema a souligné la nécessité pour son pays de se doter d'une entité autonome en matière de sécurité aérienne, avec des ressources humaines compétentes et du matériel de travail adéquat. Le PNUD précise pour sa part que le réseau routier du pays comporte peu de routes praticables en toutes saisons et que la voie aérienne est le moyen le plus rapide de se déplacer entre le continent et les îles du large.

« Nous avons accepté le principe de co-financement de ce projet et nous devons le matérialiser, a déclaré le Président guinéen. Le transport aérien est d'une importance primordiale pour le pays et la sous-région, et le projet répond aux voeux de la Communauté des États de l'Afrique Centrale qui encourage la création de compagnies aériennes pour relier les pays membres. »

Le représentant résident du PNUD Bacar Abdouroihamane a noté que le projet appuyait les efforts déployés en vue de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement et s'inscrivait dans la ligne de la stratégie d'intégration sous-régionale du Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD).

La Guinée équatoriale compte trois aéroports pour la desserte nationale et internationale situés à Malabo, la capitale, à Bata et sur l'île d'Annobon, avec un quatrième en cours de construction à Mongomo dans l'est du pays.

L'Agence pour la sécurité de la navigation aérienne entre l'Afrique et Madagascar (ASECNA) aide le gouvernement dans ce secteur et les services de l'aviation civile en Guinée équatoriale sont assurés pour la plupart par des retraités de l'ASECNA.

La formation du personnel est toutefois de qualité très inégale et les services ne disposent que de très peu d'équipements essentiels, indique le communiqué.

Le budget de l'État étant excédentaire grâce aux recettes du pétrole, le PNUD a oeuvré « vigoureusement » pour que le gouvernement de la Guinée équatoriale assure le cofinancement du projet.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.