Kofi Annan remercie l'OTAN pour l'envoi de troupes supplémentaires au Kosovo

Kofi Annan remercie l'OTAN pour l'envoi de troupes supplémentaires au Kosovo

media:entermedia_image:01c91df2-7c1f-4cf9-b2ec-f5c024296946
Lors d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité à laquelle participait le Ministre des affaires étrangères de la Serbie et Monténégro, le Secrétaire général de l'ONU a indiqué que la situation au Kosovo était toujours extrêmement instable après une explosion de violence motivée à l'évidence par des considérations ethniques et a remercié l'OTAN pour sa décision d'envoyer des troupes supplémentaires.

« Nous ne pouvons pas nous voiler la face et tenter d'ignorer que cette violence a des motivations ethniques », a déclaré Kofi Annan, cet après-midi au cours d'une intervention qui ouvrait la réunion d'urgence convoquée par le Conseil de sécurité.

Le Secrétaire général a exprimé sa profonde déception et sa tristesse face à cette résurgence de la violence qui a déjà fait de nombreux décès et des centaines de blessés. Il a évoqué les attaques délibérées contre des maisons mais aussi des sites religieux, des églises, des cimetières, des monastères, autant d'actes qu'il a qualifiés de « honteux et inexcusables. »

« Nous devons aussi condamner dans les termes les plus forts les attaques délibérées perpétrées contre les représentants de la communauté internationale et en particulier le personnel de la MUNIK (la Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo) et les troupes servant dans la KFOR (la Force internationale de paix au Kosovo) » a déclaré Kofi Annan qui a indiqué que « la situation à Mitrovica était devenue suffisamment sérieuse pour justifier le déplacement du personnel international vers un secteur plus sûr dans la région. »

Les événements récents ont mis en évidence la fragilité des structures et des relations au Kosovo, a-t-il ajouté. Ils montrent qu'en dépit des progrès réalisés depuis 1999, nous n'avons pas été assez loin. Le respect mutuel des communautés n'est toujours pas la norme acceptée comme elle devrait l'être.

« Il est clair qu'il nous faut étudier très soigneusement quelles en sont les implications pour l'avenir du Kosovo» , a poursuivi M. Annan qui a toutefois ajouté que « la première des priorités était de restaurer la sécurité. »

Il a appelé les dirigeants des communautés du Kosovo et les représentants des institutions provisoires à travailler au retour au calme. « La violence doit cesser », a déclaré le Secrétaire général.

« Permettez-moi de rappeler en particulier aux dirigeants des Albanais du Kosovo qu'en tant que groupe ethnique le plus important, il a la responsabilité de protéger et de promouvoir les droits de l'ensemble de la population, à l'intérieur du Kosovo, et en particulier de ses minorités », a-t-il conclu.