Haïti : arrivée du Conseiller spécial de l'ONU et poursuite du travail de la Mission multidisciplinaire

Haïti : arrivée du Conseiller spécial de l'ONU et poursuite du travail de la Mission multidisciplinaire

media:entermedia_image:11c4bdfd-6d6e-4cb7-b15d-5c3fca56c3d4
L'Envoyé spécial du Secrétaire général est arrivé à Haïti ce matin tandis que la mission multidisciplinaire de l'ONU devait rencontrer également aujourd'hui des membres de la communauté diplomatique.Le Conseiller spécial du Secrétaire général, Reginald Dumas, est arrivé ce matin à Port-au-Prince, la capitale haïtienne, a indiqué aujourd'hui la porte-parole de l'ONU, Marie Okabe.

L'Envoyé spécial du Secrétaire général est arrivé à Haïti ce matin tandis que la mission multidisciplinaire de l'ONU devait rencontrer également aujourd'hui des membres de la communauté diplomatique.

Le Conseiller spécial du Secrétaire général, Reginald Dumas, est arrivé ce matin à Port-au-Prince, la capitale haïtienne, a indiqué aujourd'hui la porte-parole de l'ONU, Marie Okabe.

Pendant ce temps, la mission multidisciplinaire d'évaluation de l'ONU que conduit Hocine Medili, devrait s'entretenir avec des représentants de la communauté diplomatique, a-t-elle précisé.

Dans le domaine humanitaire, l'OMS, l'agence de l'ONU pour la santé, a signalé la rupture de la principale conduite d'eau de Port-au-Prince, un incident qui affecte un secteur où se trouve un hôpital important de la ville ce qui est un motif d'inquiétude pour l'agence. L'organisme qui gère la distribution d'eau a par ailleurs annoncé qu'il n'avait plus de produits désinfectants et d'agents réactifs permettant de contrôler la qualité de l'eau.

La distribution des médicaments d'urgence est désormais coordonnée sous les auspices de l'OMS, de l'UNICEF, l'agence de l'ONU pour l'enfance, par le Fonds des Nations Unies pour la population, le FNUAP, et par la coopération canadienne alors qu'une évaluation des vaccins disponibles est actuellement en cours dans tout le pays.

Il est considéré comme essentiel à ce stade d'assurer la sécurité des patients dans les centres de santé et d'améliorer la capacité des institutions publiques de santé de façon à être en mesure d'aider les plus pauvres d'entre eux, a précisé la porte-parole.