FAO : accord en faveur de la recherche agricole dans les pays en développement

FAO : accord en faveur de la recherche agricole dans les pays en développement

media:entermedia_image:ca33d95a-ed6d-423c-a18a-6e35b576a3a9
L'accord conclu par l'agence de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture et la Fondation Internationale pour la Science (IFS) a pour objectifs de renforcer les capacités scientifiques des pays en développement et d'offrir un soutien aux jeunes scientifiques des pays pauvres.

De jeunes scientifiques des pays en développement vont pouvoir bénéficier de bourses octroyées par l'IFS et de tout l'arsenal d'informations techniques de la FAO dans les domaines de l'agriculture, de la foresterie et des pêches, grâce à un accord signé récemment par les deux organisations, indique un communiqué de l' Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO)

Des activités conjointes seront lancées pour encourager le développement de la technologie et accroître les efforts de recherche dans les pays moins avancés.

M. Michael Stahl, Directeur de l'IFS, une ONG (Organisation non gouvernementale) indépendante qui souhaite aider de jeunes scientifiques à l'avenir prometteur dans les pays en développement, explique que son organisation encourage les jeunes scientifiques des pays à faible revenu à poser leur candidature, en particulier ceux appartenant aux pays les moins avancés qui ne peuvent guère fournir un accès au financement des projets de recherche.

En 2003, l'IFS a octroyé 238 bourses à des chercheurs de 35 pays en développement, certaines attribuées aux jeunes chercheurs les plus brillants, travaillant sur des thèmes de recherche allant de l'agriculture, à la foresterie, aux ressources en eau, aux pêches et aux plantes médicinales, atteignant 12 000 dollars.

Parlant au nom de la FAO, Mme Isabel Alvarez, Chef du Service du développement de la recherche et de la technologie, a déclaré que l'accord crée une base de collaboration solide et efficace et garantit une harmonie et une synergie optimales dans les travaux des deux organisations. "Le but commun est de renforcer la capacité de recherche des pays en développement."