L'Afghanistan est devenu une usine à produire un Etat, indique le nouveau chef de la Mission de l'ONU

19 février 2004

L'Afghanistan foisonne d'activités dont certaines très importantes, comme le désarmement-réintégration, sont nécessaires à la création d'un environnement propice à la tenue d'élections à l'échelle de celles qui vont avoir lieu dans le pays, a indiqué le nouveau Représentant spécial et chef de la Mission de l'ONU, lors de sa première conférence de presse.

L'Afghanistan foisonne d'activités dont certaines très importantes comme le désarmement-réintégration, sont nécessaires à la création d'un environnement propice à la tenue d'élections à l'échelle de celles qui vont avoir lieu dans le pays, a indiqué le nouveau Représentant spécial et chef de la Mission de l'ONU, lors de sa première conférence de presse.

Au-delà de l'excitation produite par le fait que 2004 est une année électorale, le Représentant spécial pour l'Afghanistan et chef de la Mission de l'ONU dans le pays, Jean Arnault, a souligné hier soir, au cours de sa première conférence de presse depuis sa prise de fonction, que des processus très importants, démarrés il y a deux ans, étaient en cours et qu'il était également important de continuer à renforcer les institutions.

« Le processus de Bonn est devenu une usine à produire un Etat et il est important de continuer à bâtir sur les avancées de l'année écoulée », a déclaré Jean Arnault au cours de son point avec la presse.

Il a poursuivi en indiquant qu'il était essentiel que la Mission s'assure que les élections se déroulent de façon libre et équitable et que pour cela, il fallait créer un environnement propice en menant à bien des programmes-clé tels que le désarmement-réintégration, la poursuite du cantonnement des armes lourdes et des règles du jeu qui soient les mêmes pour les partis politiques et les candidats.

« Il n'y a peut-être jamais eu encore une période plus appropriée, alors que nous nous préparons à des inscriptions en masse et à des élections, pour insister sur la nécessité de mobiliser toutes les forces de sécurité nationales et internationales au profit de la création d'un environnement libre et équitable pour les prochaines élections », a-t-il déclaré.

Alors que M. Arnault annonçait hier la millionième inscription sur les listes électorales, les chiffres ont depuis continué à augmenter, a signalé le porte-parole de la Mission d'assistance de l'ONU en Afghanistan,la MANUA, Manoel de Almeida e Silva, annonçant aujourd'hui que le total atteignait 1 011 672 inscrits dont 25% de femmes.

Se référant à une question posée concernant le fait que d'anciens soldats ayant opté pour des activités agricoles se tournaient vers la culture du pavot, le porte-parole a indiqué que, dans le cadre du "Programme nouveaux départs en Afghanistan" (PNDA), les anciens combattants étaient dotés d'un kit agricole composé de semences de céréales et de légumes, d'engrais, d'outils agricoles et avaient le choix entre des activités d'appoint, génératrices de revenu, allant de la viticulture à l'aviculture en passant par l'élevage.

« Les seuls composants pouvant servir à la culture du pavot sont les engrais » a déclaré Manoel de Alveida qui a ajouté que par mesure de précaution, les fermes des anciens combattants recevaient la visite mensuelle de personnels du programme. Le PNDA et le Comité régional de vérification ont informé les communautés des amendes qu'encourraient ceux qui ne se conformaient pas aux programmes de réinsertion, a-t-il également précisé.

A ce jour, a indiqué le porte-parole, 5 339 anciens combattants ont été désarmés dans le cadre des quatre projets pilote et 4 194 armes ont été collectées, 4 362 hommes ont été démobilisés et 2 827 ont suivi le programme de réintégration.

Une campagne d'information sur la nouvelle Constitution a été lancée. 120 000 exemplaires de ce document dont les 160 articles qui sont devenus la loi suprême du pays le 26 janvier dernier, ont été imprimés et distribués dans toutes les provinces du pays et les bureaux du Gouvernement. 20 000 exemplaires supplémentaires ont été également distribués dans les bureaux régionaux du Secrétariat constitutionnel.

Par ailleurs, 500 ateliers se dérouleront à partir de maintenant et jusqu'en mars, dans les districts et les provinces pour former le personnel des organisations non gouvernementales, les Shuras (les conseils traditionnels) locaux et le secteur religieux qui à leur tour devront informer leurs communautés, a indiqué Manoel de Alveida, ajoutant que ces ateliers visaient également les femmes et les médias.

Des programmes télévisés sur la Constitution sont également diffusés et une version simplifiée a été imprimée à un million d'exemplaires qui seront distribués aux enfants des écoles pendant l'année scolaire qui démarre dans quelques semaines.

Le porte-parole a également fourni des informations sur un programme destiné à améliorer le revenu des foyers ruraux ainsi que la sécurité alimentaire en formant 25 000 femmes en milieu rural à l'élevage des volailles.

Entre autres activités, la démobilisation d'anciens enfant-soldats ou jeunes adolescents a également été entreprise avec l'aide de l'UNICEF, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance. Le 16 février, 159 jeunes étaient démobilisés dans la province sur un total estimé à 536. Ces jeunes sont ensuite pris en charge au plan psychologique et médical et ont la possibilité de réintégrer le système éducatif ou de suivre une formation technique.

L'UNICEF estime à 8 000 le total des enfant-soldats en Afghanistan.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.