Le Conseil de sécurité exhorte l'Ethiopie et l'Erythrée à entamer un vaste dialogue politique

7 janvier 2004

Le Conseil de sécurité s'est dit déçu par le fait que l'Ethiopie ait rejeté la démarcation de la frontière proposée par la Commission du traçé, préoccupé par les restrictions imposées par l'Erythrée au déplacement de la mission de l'ONU et a exhorté les deux pays à entamer un vaste dialogue politique.

Après avoir entendu un exposé du Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, Hedi Annabi, qui présentait le dernier rapport du Secrétaire général sur la situation en Ethiopie et en Erythrée et a informé le Conseil des événements survenus depuis sa publication, les membres du Conseil ont exprimé leur préoccupation face à l'absence de progrès effectués dans le tracé de la frontière.

« Ils se sont dits déçus que l'Éthiopie ait rejeté en partie la décision en question et qu'elle ait refusé de coopérer pleinement avec la Commission », a indiqué dans une déclaration à la presse le Président du Conseil pour le mois de janvier, l'ambassadeur du Chili, Heraldo Muñoz.

« Ils ont réaffirmé le caractère définitif et contraignant de la décision prise par la Commission du tracé de la frontière et souligné la nécessité d'appliquer promptement cette décision dans le cadre de l'Accord d'Alger », a-t-il souligné.

Tout en notant qu'il ne s'agissait pas « d'une solution de rechange », les membres du Conseil ont manifesté leur appui au Secrétaire général dans son projet d'examiner des mesures supplémentaires pour faire avancer la démarcation et le processus de paix et aider les parties à surmonter leurs divergences.

Indiquant également leur préoccupation face aux restrictions imposées par l'Érythrée aux déplacements de la MINUEE (la Mission des Nations Unies en Ethiopie et en Erythrée) qui se sont multipliées dernièrement, ils ont demandé instamment aux parties d'apporter leur plein appui à la Mission et de faciliter les déplacements de son personnel dans l'ensemble de la zone de la Mission et ont réitéré leur appel en faveur de l'établissement d'un couloir à haute altitude pour les vols de la MINUEE entre les deux capitales.

Les membres du Conseil ont exhortées à entamer un vaste dialogue politique en vue d'améliorer leurs relations et leur ont demandé de s'abstenir de se livrer aux des déclarations incendiaires qui ont marqué les dernières semaines, « les jugeant stériles et même nuisibles pour l'instauration d'un dialogue.»

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.