Le retour des Forces nouvelles dans le gouvernement ivoirien salué par Kofi Annan

7 janvier 2004

Le Secrétaire général s'est félicité aujourd'hui de la participation des Forces nouvelles à la réunion du Conseil des Ministres de la Côte d'Ivoire, qui s'est tenue hier pour la première fois depuis que ce groupe a suspendu sa participation au Gouvernement de réconciliation nationale en septembre 2003.

Le Secrétaire général espère que le retour des Forces nouvelles dans le Gouvernement donnera un nouvel élan au processus de paix, indique une déclaration communiquée aujourd'hui par le Bureau de son porte-parole.

Kofi Annan y « exhorte toutes les parties ivoiriennes à respecter l'engagement qu'elles ont pris d'appliquer le programme de travail du Gouvernement et l'Accord de Linas-Marcoussis jusqu'aux élections, qui sont prévues à la fin de 2005. »

Le Secrétaire général a régulièrement attiré l'attention au cours des derniers mois sur le danger que présentait le retrait des Forces nouvelles du gouvernement et leur retranchement dans le Nord du pays. « Si l'on n'y met pas un terme, cette situation (…) renforcerait la partition de facto du pays, ce qui aurait des conséquences imprévisibles pour la stabilité de la Côte d'Ivoire et des pays voisins », indiquait-il dans son dernier rapport sur la situation en Afrique de l'Ouest.

Le 24 novembre, devant le Conseil de sécurité, il n'excluait pas la possibilité de renforcer la présence de l'ONU dans le pays où est stationnée actuellement la trentaine d'officiers de liaison de la MINUCI, la Mission des Nations Unies en Côte d'Ivoire qui créée en mai 2003, a pour mandat de faciliter la mise en oeuvre de l'Accord de Linas-Marcoussis et vient compléter l'action menée par les forces françaises et celles de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.