Conseil de sécurité : maintien de la Force de l'ONU dans le Golan pour une nouvelle période de 6 mois

22 décembre 2003

Le Conseil de sécurité a décidé aujourd'hui à l'unanimité de proroger pour une nouvelle période de six mois, jusqu'au 30 juin 2004, le mandat de la FNUOD, la Force des Nations Unies chargée, depuis 1974, d'observer le dégagement du Golan par les forces syriennes et israéliennes.

Le Conseil a fondé sa décision sur les informations fournies par le dernier rapport du Secrétaire général en date du 9 décembre dernier. Du 19 juin au 9 décembre, période couverte par le rapport, le cessez-le-feu dans le secteur Israël-Syrie a été rompu le 5 octobre 2003 par une frappe aérienne israélienne sur une cible située au nord-ouest de Damas. Même si la zone d'opérations de la FNUOD est dans l'ensemble restée calme, indique le rapport, la tension dans le secteur Israël-Syrie est vive depuis cette frappe aérienne que le Secrétaire général indique vivement déplorer.

« La situation au Moyen-Orient est très tendue et le restera probablement tant que l'on ne sera pas parvenu à un règlement global portant sur tous les aspects du problème du Moyen-Orient », souligne-t-il, ajoutant que « dans les conditions actuelles », il considérait qu'il « était essentiel de maintenir la présence de la FNUOD dans la région. » Il précise que le Gouvernement syrien et le Gouvernement israélien ont donné leur accord à cette proposition.

« Tout en faisant cette recommandation, j'estime devoir appeler de nouveau l'attention sur l'insuffisance du financement de la Force. Actuellement, les contributions non acquittées s'élèvent à quelque 26 millions de dollars. Ce montant correspond aux sommes dues aux États Membres qui lui fournissent des contingents », fait observer Kofi Annan.

Le montant total des contributions non acquittées pour la totalité des opérations de maintien de la paix se chiffrait à la même date à 1,559 milliard de dollars, précise également le rapport.

Créée en mai 1974 pour surveiller le cessez-le-feu demandé par le Conseil de sécurité ainsi que l'accord du 31 mai 1974 sur le dégagement entre les forces syriennes et les forces israéliennes, les effectifs de la Force des Nations Unies chargée d'observer le dégagement (FNUOD) comprenaient, au 30 novembre, 1 046 militaires, dont des éléments nationaux de soutien logistique, fournis par l'Autriche (365), le Canada (188), le Japon (45), la Pologne (353) et la Slovaquie (95). De plus, 78 observateurs militaires de l'Organisme des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve l'aidaient à mener à bien sa tâche.

Le rapport du Secrétaire général est présenté en réponse à une demande du Conseil de sécurité qui le prie de lui présenter les mesures prises pour appliquer la résolution 338.

Cette résolution 338 réclame elle-même l'application d'une autre résolution qui fait date dans la crise au Moyen-Orient, la résolution 242 de 1967, qui appelle au retrait des forces armées israélienne des territoires occupés lors du récent conflit, à la cessation de toute belligérance et à la reconnaissance du droit de chaque Etat de la région de vivre en paix à l'intérieur de frontières sûres et reconnues.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.