Vigilance bleue aux frontières pour la Mission de l'ONU en Sierra Leone

15 décembre 2003

La Mission de l'ONU indique avoir multiplié ses patrouilles, qui opèrent actuellement 24 h sur 24 le long des frontières avec le Libéria et la Guinée, dans le cadre d'un plan d'urgence destiné à prévenir toute infiltration, alors que le désarmement a commencé au Libéria et que la mission dans ce pays s'apprête à accentuer son contrôle en particulier dans les zones frontalières.

L'exercice a été baptisé « Vigilance Bleue » et c'est dans ce cadre que la Mission des Nations Unies en Sierra Leone, la MINUSIL, indique aujourd'hui qu'en collaboration avec les forces armées et la police de la Sierra Leone, elle mène actuellement un programme soutenu, opérant 24 h sur 24, de patrouilles terrestres, aériennes et de remontées de rivières.

Le rythme des patrouilles à pied ou motorisées ou encore des patrouilles aériennes sur hélicoptères de protection et hélicoptères d'observation armés de M18 ainsi qu'en vedettes fluviales, a été renforcé, indique la MINUSIL.

Ces patrouilles sont conduites de jour comme de nuit, en utilisant dans ce cas des équipements de vision nocturne, des détecteurs de mouvement ainsi des dispositifs d'illumination instantanée telle que des fusées éclairantes.

La population locale a été prévenue de ces opérations de telle sorte qu'elle ne soit pas alarmée par cette recrudescence d'activités militaires et de sécurité le long des frontières et par le recours à la pyrotechnie.

La Mission précise que ces actions s'inscrivent dans le cadre d'un plan destiné à prévenir tout passage illégal des frontières, qu'il s'agisse de personnel ou de matériel, en direction de la Sierra Leone, au moment où la procédure de désarmement a été engagée au Libéria.

« Il est particulièrement important d'interdire les tentatives de faire passer en contrebande des armes et du matériel militaire pour les cacher en Sierra Leone, à une période où la MINUL (la Mission de l'ONU au Libéria) s'apprête à étendre sa présence et son contrôle au Libéria en particulier dans les zones frontières », indique un communiqué de la Mission de l'ONU en Sierra Leone paru aujourd'hui.

Dans son rapport publié vendredi dernier sur la situation en Afrique de l'Ouest, le Secrétaire général de l'ONU soulignait le danger présenté par la mobilité transfrontalière des groupes armés et indiquait spécifiquement qu'il était « crucial que la MINUSIL continue de surveiller les déplacements d'éléments armés le long des frontières du Libéria afin de prévenir des incursions. »

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.