Une Feuille de route humanitaire présentée au Conseil de sécurité

Une Feuille de route humanitaire présentée au Conseil de sécurité

Jan Egeland au Conseil de sécurité
L'ONU a les outils, l'expertise et la capacité logistique pour fournir une aide plus rapide et plus complète aux civils pris dans les conflits, a affirmé aujourd'hui le responsable de l'aide humanitaire de l'ONU mais pour les utiliser, il faudrait que tous ceux qui détiennent une forme ou une autre de pouvoir dans le monde fassent leurs les principes humanitaires.

Le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d'urgence, Jan Egeland, a décrit, dans son exposé au Conseil de sécurité aujourd'hui, le contexte dans lequel s'inscrivait actuellement l'action humanitaire, un contexte marqué par les attaques systématiques et cruelles des populations civiles et l'assassinat du personnel humanitaire.

La communauté internationale doit plus s'impliquer dans les pays ou les régions qui connaissent des crises humanitaires, même quand elles sont moins médiatisées que celle du Moyen-Orient, a déclaré M. Egeland.

« Il n'est pas acceptable que dans plus de 20 pays, l'accès aux populations en situation de crise humanitaire soit entravé, a souligné le Secrétaire général adjoint qui a également réclamé l'aide du Conseil après qu'au cours des derniers mois, « des collègues aient été pris pour cible en Somalie, en République démocratique du Congo, au Burundi, dans le territoire palestinien occupé et en Tchétchénie. »

Jan Egeland a présenté « le fruit de consultations entre les divers acteurs du système des Nations Unies », une mise à jour de l'aide-mémoire adopté par le Conseil de sécurité en 2002 qui constitue, a-t-il dit, « un outil reflétant les priorités en matière de protection des civils. »

Il a également présenté un plan d'action en 10 points, « véritable Feuille de route humanitaire » qui doit permettre de faciliter et de renforcer la coopération entre les institutions des Nations Unies et est le produit « d'intenses consultations », a-t-il indiqué.

Parmi les dix points listés dans cette Feuille de route figurent l'amélioration de l'accès aux populations dans le besoin, l'amélioration de la sécurité du personnel humanitaire, la mise en place d'une protection spéciale des enfants et d'une protection totale des femmes doublée d'une prise en compte de leurs besoins particuliers.

La lutte contre l'impunité, l'apport de ressources aux populations “oubliées”, l'amélioration des opérations de désarmement-réinsertion font aussi partie des points inscrits dans cette Feuille de route humanitaire de même que la lutte contre la circulation des armes légères et la confrontation des groupes armés non étatiques à la notion de responsabilité.