Nouvel élan de l'action de l'UNESCO au Moyen-Orient

Nouvel élan de l'action de l'UNESCO au Moyen-Orient

media:entermedia_image:38eab88e-b0a2-4e39-a495-8da49fee69a6
L'UNESCO, l'agence de l'ONU pour l'éducation, la science et la culture, se mobilise pour la sauvegarde du patrimoine culturel de la vieille ville de Jérusalem et le développement des institutions éducatives et culturelles dans les Territoires occupés. Elle travaille également à la révision des manuels scolaires israéliens et palestiniens et à la création d'un forum de dialogue entre les deux communautés.

Une première mission technique qui contribuerait à l'élaboration d'un plan d'action pour la sauvegarde du patrimoine culturel de la vieille ville de Jérusalem pourrait partir avant la fin de l'année. Confiée au Centre du patrimoine mondial, ses conclusions seraient ensuite soumises à un groupe d'experts internationaux.

Cette initiative fait suite à l'adoption lors de la 32e session de la Conférence générale de l'UNESCO d'une résolution sur cette question qui prévoit également une intervention rapide en faveur de la restauration et de la réhabilitation, à l'intérieur d'Al-Haram Al-Sharîf, de la Madrassa Al-Ashrafiya et du Centre de conservation des manuscrits historiques.

Une seconde résolution également adoptée à cette occasion concerne les institutions éducatives et culturelles dans les Territoires arabes occupés. L'UNESCO prévoit de renforcer son programme de bourses destinées aux étudiants palestiniens et de poursuivre l'aide matérielle qu'elle apporte aux écoles palestiniennes. Des missions vont également être envoyées dans les Territoires pour y évaluer les besoins dans le domaine culturel.

Lors de la réunion de son équipe spéciale intersectorielle sur la reconstruction et la réconciliation au Proche Orient, le 7 novembre, le directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, a souligné l'importance de l'initiative qu'il a lancée en faveur de la révision des manuels scolaires israéliens et palestiniens. « Cette initiative (...) doit constituer l'une des actions phares de l'Organisation au Proche Orient dans le domaine de l'éducation et jouer un rôle crucial dans le processus de réconciliation », a-t-il déclaré.

Une nouvelle mission va être prochainement envoyée par l'agence pour examiner sur place le lancement d'un projet intitulé « Civil societies in dialogue » qui a pour objet d'établir un forum permanent de dialogue entre les représentants des deux communautés et de promouvoir une coopération universitaire entre chercheurs israéliens et palestiniens.

Par ailleurs, des projets destinés à renforcer les droits des femmes palestiniennes doivent être prochainement lancés.

Koïchiro Matsuura s'est réjoui du « nouvel élan donné à l'action de l'UNESCO au Proche Orient par l'unanimité qui s'est manifestée au cours de la 32e session de la Conférence générale. » Cette unanimité, a-t-il déclaré, « est porteuse d'espoir, mais nous confère aussi une énorme responsabilité et une obligation accrue de résultats ». Il a enfin souligné que pour mener à bien cette mission et répondre aux attentes des populations concernées, « une mobilisation de ressources financières supplémentaires s'impose. » Dès qu'une stratégie globale sera prête, elle sera soumise à une réunion de donateurs, a-t-il précisé.