Il faut éliminer le commerce illicite des armes légères en Afrique centrale qui fragilise les processus de paix en cours, affirme Kofi Annan

30 octobre 2003

La prolifération incontrôlée des armes légères en Afrique centrale “exacerbe les tensions et peut faire échouer les efforts de règlement des conflits, en favorisant le recours à la violence”, a indiqué le Secrétaire de l´ONU, Kofi Annan, lors d´une réunion ministérielle sur les questions de sécurité en Afrique centrale à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale.

La prolifération incontrôlée des armes légères en Afrique centrale “exacerbe les tensions et peut faire échouer les efforts de règlement des conflits, en favorisant le recours à la violence”, a indiqué le Secrétaire général de l´ONU, Kofi Annan, lors d´une réunion ministérielle sur les questions de sécurité en Afrique centrale à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale.

“En dépit des progrès non négligeables qui ont été réalisés, les processus de paix en Afrique centrale demeurent fragiles”, a déclaré Kofi Annan qui a exhorté tous les Etats de la région à prévenir, combattre et éliminer le commerce illicite des armes légères.

“Instaurer et préserver la paix est une entreprise exigeante, difficile et de longue haleine, qui requiert une détermination soutenue”, a précisé le Secrétaire général dans son message - lu par le Général Lamine Cissé, son Représentant spécial en République centrafricaine - adressé à la réunion du Comité consultatif permanent des Nations Unies sur les questions de sécurité en Afrique centrale.

Kofi Annan a évoqué plusieurs événements importants pour l´Afrique centrale, notamment le déroulement pacifique des élections présidentielles et municipales au Rwanda, la consolidation du processus de réconciliation nationale en Angola et l´organisation d´un Dialogue national de réconciliation en République centrafricaine.

Le Secrétaire général s´est également félicité de la mise en place, en République démocratique du Congo, d´un gouvernement d´union nationale pour gérer la période de transition jusqu´à l´organisation d´élections générales dans le pays, et de la signature, le 8 octobre, du protocole de Pretoria relatif au partage du pouvoir au Burundi.

La ratification du protocole du Conseil pour la paix et la sécurité en Afrique centrale, qui doit permettre de régler pacifiquement la crise à Sao Tomé-et-Principe, est un “pas fondamental vers une action concertée en faveur de la paix en Afrique centrale”, a ajouté Kofi Annan.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.