Protection de l'ozone : des progrès remarquables mais encore beaucoup à accomplir, déclare Kofi Annan à l'occasion de la Journée internationale

16 septembre 2003

Les résultats « remarquables » obtenus par la communauté internationale dans sa lutte contre la destruction de l'ozone resteront fragiles pendant encore une dizaine d'années, affirme Kofi Annan dans un message diffusé à l'occasion de la Journée internationale de la protection de la couche d'ozone, ce qui lui fait demander à l'ensemble des pays de ratifier les amendements au Protocole et à mettre en oeuvre une série de mesures nécessaires à la consolidation du processus.

Les résultats « remarquables » obtenus par la communauté internationale dans sa lutte contre la destruction de l'ozone resteront fragiles pendant encore une dizaine d'années, affirme Kofi Annan dans un message diffusé à l'occasion de la Journée internationale de la protection de la couche d'ozone, ce qui lui fait demander à l'ensemble des pays de ratifier les amendements au Protocole et à mettre en oeuvre une série de mesures nécessaires à la consolidation du processus.

Le taux d'appauvrissement de la couche d'ozone - la substance nocive qui sert de bouclier protecteur contre les rayons ultra violets émis par le soleil - diminue et l'on observe les premiers signes de sa reconstitution, constate Kofi Annan qui se félicite des résultats remarquables obtenus par la communauté internationale dans sa lutte pour protéger la couche d'ozone et du bon fonctionnement du Protocole de Montréal.

Toutefois, malgré "la diminution du taux d'appauvrissement de la couche d'ozone dans la stratosphère" et les premiers signes de sa reconstitution, "il serait prématuré de relâcher notre vigilance", indique Kofi Annan.

"Au-dessus de l'Arctique et de l'Antarctique ainsi qu'aux latitudes moyennes des deux hémisphères, la couche d'ozone reste appauvrie et, selon les scientifiques, elle restera généralement vulnérable au cours des dix prochaines années environ", indique-t-il.

Il invite par conséquent "les pays développés comme les pays en développement" à faire preuve "d'une volonté politique encore plus ferme et à prendre de nouvelles mesures pour appliquer toutes les dispositions du Protocole de Montréal" et énumère les prochaines étapes de la lutte à mener.

"Tous les pays doivent ratifier les amendements au Protocole de Montréal, indique-t-il. Les pays en développement qui sont parties au Protocole et ont commencé à en appliquer les dispositions en 1999 doivent éliminer, dans les délais impartis, l'utilisation de nombreuses substances qui appauvrissent l'ozone."

"Il faut mettre fin au commerce illicite des chlorofluorocarbones", poursuit le Secrétaire général. "Les Parties au Protocole de Montréal doivent résoudre les problèmes que posent l'élimination progressive du bromure de méthyle prévue par l'Amendement de Copenhague de 1992, ainsi que l'évaluation et l'approbation des utilisations essentielles autorisées par le Protocole de Montréal. Il faut continuer à chercher des technologies de substitution à certaines utilisations du bromure de méthyle. Enfin, il faut poursuivre la recherche sur les liens entre l'appauvrissement de la couche d'ozone et le changement climatique."

"Nous ne pouvons être satisfaits tant que la préservation de la couche d'ozone n'est pas assurée", conclut-il. "Alors seulement, nous pourrons dire que nous avons réussi à sauvegarder notre ciel pour les générations futures."

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.