R.D. du Congo : les forces de l'ONU toujours plus nombreuses à Bunia

11 septembre 2003

A Bunia, dans le Nord-Est de la République démocratique du Congo (RDC), la brigade de l'ONU, forte aujourd'hui de 2 500 éléments, continue à "nettoyer" la ville de ses armes tandis que sept de ses hommes, accusés d'avoir volé des objets religieux dans une église, ont été transférés à Kinshasa et qu'une enquête a été lancée.

Les effectifs de la Brigade de l'Ituri, basée à Bunia dans le Nord-Est de la RDC, s'élèvent actuellement à 2 500 soldats envoyés par le Bangladesh, l'Uruguay, le Pakistan, l'Indonésie et l'Inde, ce qui représente plus de la moitié des 4 000 éléments prévus, indique aujourd'hui un communiqué de la MONUC, la mission de l'ONU dans le pays. Huit cent autres soldats doivent arriver la semaine prochaine.

Les troupes de la MONUC ont succédé, le 1er septembre, à « Artémis », la force multinationale intérimaire sous commandement français envoyée avec un mandat de l'ONU pour mettre fin aux combats entre factions rivales Héma et Lendu qui ont fait plus de 400 victimes en mai et juin dernier.

A Bunia, où les écoles ont rouvert et le marché est de nouveau actif, signe d'un regain de confiance de la population, la brigade de l'ONU conduit des patrouilles régulières et a lancé une série de fouilles de maisons suspectes, à la recherche d'armes.

Le Département des opérations de maintien de la paix de l'ONU a confirmé que sept soldats uruguayens, accusés d'avoir volé des objets religieux dans une église, ont été transférés à Kinshasa en attendant le résultat de l'enquête menée par l'ONU. Certains objets dont un calice ont été retrouvés dans leur camp après que l'église ait signalé le vol, a indiqué aujourd'hui un porte-parole de l'ONU qui a précisé que les conclusions de l'enquête seraient connues dans les prochains jours.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.