Réunion d'experts à Genève pour renforcer les mesures d'interdiction des armes biologiques

19 août 2003

Des experts des 150 Etats parties à la Convention sur l´interdiction des armes biologiques se réunissent depuis hier à Genève en vue de renforcer les mesures juridiques et de sécurité visant à consolider la mise en oeuvre de la Convention.

La Réunion d'experts, qui se tient au siège de l'ONU à Genève du 18 au 29 août, représente la première étape du nouveau processus établit par la Cinquième Conférence d'examen de la Convention sur l'interdiction de la mise au point, de la fabrication et du stockage des armes bactériologiques (biologiques) ou à toxines et sur leur destruction.

Après l'échec de négociations sur un protocole juridiquement contraignant concernant le renforcement de la Convention et suite à de sérieux désaccords sur la manière de procéder, la Conférence d´examen avait décidé, en novembre dernier, que les Etats parties à la Convention se réuniraient désormais sur une base annuelle jusqu'à la prochaine Conférence d'examen, prévue en 2006, en vue « d'examiner et de promouvoir une vision commune et une action efficace» pour améliorer la mise en oeuvre de la Convention. Il avait également été convenu que chacune des réunions annuelles des Etats parties serait précédée par une réunion d´experts.

La réunion d´experts qui se tient actuellement à Genève - en vue de préparer la réunion annuelle des Etats parties prévue du 10 au 14 novembre - s´est fixé pour objectif d'examiner, d´une part, l'adoption de mesures nationales pour mettre en oeuvre les interdictions stipulées dans la Convention - y compris l´adoption d´une législation pénale - et, d´autre part, les mécanismes nationaux chargés d'établir et de maintenir la sécurité et la surveillance de micro-organismes pathogènes et des toxines.

Outre les délégations des Etats parties, des experts issus de diverses organisations internationales - au nombre desquelles figurent l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) - participent à la réunion.

La Convention sur les armes biologiques, ouverte à la signature depuis 1972 et entrée en vigueur en 1975, est le premier traité de désarmement multilatéral interdisant une catégorie entière d'armes. Actuellement, la Convention compte 150 Etats parties et 16 Etats signataires qui ne l'ont pas encore ratifiée.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.