Myanmar : la détention des responsables du mouvement en faveur de la démocratie inquiète Kofi Annan

Myanmar : la détention des responsables du mouvement en faveur de la démocratie inquiète Kofi Annan

Estimant que Myanmar est à un tournant de sa transition politique, Kofi Annan appelle à la libération immédiate de Daw Aung San Suu et des autres dirigeants de mouvements militant pour la démocratie, placés en résidence surveillée « pour leur protection » et demande qu'il leur soit permis de travailler avec le gouvernement au processus de réconciliation nationale.

Le Secrétaire général est de plus en plus préoccupé par la situation au Myanmar après les affrontements du week-end dans le Nord du pays, selon la déclaration communiquée aujourd'hui par son porte-parole à New York. « Il est particulièrement inquiet à l'égard de l'arrestation et de la mise en résidence surveillée 'pour leur protection' de Daw Aung San Suu et de plusieurs autres responsables de la Ligue nationale pour la démocratie (NDL)", a indiqué son porte-parole, lors d'un point à la presse.

Le Secrétaire général estime que Daw Aung San Suu et les autres membres de la NDL doivent être immédiatement relâchés, a-t-il déclaré, ajoutant que Kofi Annan considère qu'en cette période cruciale, ils devraient leur être permis de jouer un rôle dans la réconciliation nationale du Myanmar.

« La situation actuelle au Myanmar ne se résume pas à restaurer l'ordre et le droit mais est le résultat des aspirations politiques de la population, qui est dans son immense majorité favorable au changement » a indiqué le porte-parole.

Le Secrétaire général a donné des instructions à son Envoyé spécial, M. Razali Ismail, qui devrait arriver à Yangon le 6 juin pour une mission de cinq jours, pour qu'il soulève la question du lancement d'un processus de réconciliation nationale auprès du gouvernement du Myanmar, de Daw Aung San Suu et des autres responsables nationaux.