Le règlement de la question libérienne plus urgent que jamais, selon Kofi Annan

25 avril 2003

Alors que les informations sur le Libéria décrivent un territoire occupé à 60% par les rebelles et une situation qui ne cesse d'empirer, Kofi Annan enjoint le Conseil de sécurité qui tiendra lundi des consultations sur cette question, de ne pas perdre de vue la nécessité de trouver une solution dans les plus brefs délais.

"La situation sur le plan de la sécurité au Libéria s'est détériorée au point qu'il est devenu extrêmement difficile de venir en aide aux personnes déplacées et aux réfugiés de pays tiers qui sont désormais victimes d'enlèvements, enrôlés de force et soumis à toutes sortes de violations flagrantes des droits de l'homme", indique le Secrétaire général de l'ONU dans son rapport rendu public aujourd'hui.

Kofi Annan voit toutefois une « lueur d'espoir » dans la visite effectuée récemment dans les trois pays membres de l'Union du fleuve Mano par les représentants du Groupe de contact international pour le Libéria. Il juge également encourageante la décision du Conseil de sécurité d'envoyer, le mois prochain, une mission de visite au Libéria et dans les pays voisins. Il souhaite enfin vivement que tous les efforts soient faits pour persuader le Libéria de renoncer à la violence.

Le rapport du Secrétaire général s'appuie notamment sur les informations recueillies par la récente mission dans la région de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) ainsi que celles transmises par le Bureau des Nations Unies au Libéria et la Mission des Nations Unies en Sierra Leone (MINUSIL).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.