Le Secrétaire général réitère que son plan sur la réunification de Chypre reste sur la table

Le Secrétaire général réitère que son plan sur la réunification de Chypre reste sur la table

Kofi Annan et les dirigeants chypriotes
Pour le Secrétaire général de l'ONU, le plan de règlement de la question chypriote reste d'actualité, même s'il n'a pas l'intention de le relancer sans la volonté politique manifeste des parties d'y adhérer.

Dans un rapport rendu public hier, Kofi Annan réaffirme sa conviction qu'en repoussant ses dernières propositions de paix le mois dernier, les dirigeants des communautés chypriotes grecque et turque avaient manqué "une occasion unique qui ne se présentera pas de sitôt" de régler leur dispute. Les deux dirigeants, Tassos Papadopoulos et à son homologue turc, Rauf Denktash, n'ont en effet pas réussi à se mettre d'accord sur le plan révisé de paix du Secrétaire général, lequel, après adoption par référendums séparés et simultanés, aurait permis à Chypre d'accéder unifiée à l'Union européenne (UE).

Le rapport fait toutefois porter la responsabilité première de l'échec final au chef de la communauté chypriote turque, Rauf Denktash, qui, de l'avis du Secrétaire général, "à peu d'exceptions près, s'est refusé dans l'ensemble de s'engager dans la négociation d'un compromis."