Le Conseil de sécurité étudie les deux propositions de désarmement de l'Iraq, alors que les inspections continuent sur le terrain

27 février 2003
Le Président du Conseil de sécurité, Gunter Pleuger

Les membres du Conseil de sécurité se sont réunis à huis clos aujourd'hui pour étudier les deux propositions de désarmement de l'Iraq, alors que les inspecteurs de l'ONU continuaient leur mission sur le terrain.

Le Conseil a examiné, d'une part, un projet de résolution co-parrainé par l'Espagne, les Etats-Unis et le Royaume-Uni qui affirme que l'Iraq "n'a pas saisi la dernière occasion qui lui était offerte par la résolution 1441", et qu'il "a été et continue d'être en violation patente" de ses obligations de désarmement.

La seconde proposition, présentée par la France, l'Allemagne et la Russie, estime pour sa part que les conditions de recours à la force contre l'Iraq ne sont pas remplies, aucune preuve n'ayant été fournie à ce jour de la détention par l'Iraq d'armes de destruction massive. Ce texte souligne également que le Conseil de sécurité devra redoubler d'efforts pour qu'"une chance véritable soit offerte au règlement pacifique de la crise".

Dans une déclaration à l'issue des consultations, le Président du Conseil pour février, l'Ambassadeur allemand Gunter Pleuger a affirmé que la réunion de plusieurs heures a été "très intense" sur la manière de procéder sur le dossier iraquien. M. Pleuger a précisé que les discussions se poursuivraient la semaine prochaine.

Pour sa part, l'Ambassadeur français Jean-Marc de La Sablière a indiqué que les "discussions ont été très intéressantes" et qu'elles ont montré très clairement "que la majorité des membres du Conseil ne pensaient pas que le temps était venu pour aller en guerre".

De son côte, l'Ambassadeur britannique Jeremy Greenstock a souligné que la résolution 1441 exigeait de la part de l'Iraq qu'il se conforme "sans délai, sans conditions et activement" aux dispositions du texte en matière de désarmement. "Est-ce que cela est arrivé? Pas une seule fois, selon les inspecteurs", a-t-il dit.

Par ailleurs, en Iraq, les experts de la Commission de contrôle, de surveillance et d'inspection de l'ONU (CCVINU) et de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ont continué leurs inspections sur le terrain.

Selon un porte-parole de l'ONU à Bagdad, les inspecteurs ont effectué hier leur première opération de surveillance aérienne en Mirage IV, après plusieurs missions d'inspections menées à bord d'appareils U-2.

Aujourd'hui, plusieurs sites de complexes industriels et installations militaires ont été visités par les équipes d'experts en désarmement de l'ONU, et une opération de surveillance aérienne s'est déroulée au-dessus de deux sites situés à l'ouest et au sud-ouest de Bagdad.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.