Le Conseil de sécurité examine les mesures destinées à protéger les enfants en temps de guerre

14 janvier 2003

Alors que le Conseil de sécurité a consacré la journée d'aujourd'hui à un débat sur l'adoption de mesures destinées à protéger les enfants en temps de guerre, les hauts fonctionnaires de l'ONU se sont prononcés pour la dénonciation publique des parties coupables de recruter et d'utiliser des enfants-soldats.

Alors que le Conseil de sécurité a consacré la journée d'aujourd'hui à un débat sur l'adoption de mesures destinées à protéger les enfants en temps de guerre, les hauts fonctionnaires des Nations Unies se sont prononcés pour la dénonciation publique des parties coupables de recruter ou d'utiliser des enfants-soldats.

"En exposant publiquement tous ceux qui contreviennent aux normes de protection des enfants, nous signalerons la détermination de la communauté internationale à étayer ses préoccupations communes par des actions concrètes", a affirmé le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, à l'ouverture de la séance de ce matin.

Le débat d'aujourd'hui du Conseil a été d'ailleurs inspiré par le récent rapport révolutionnaire du secrétaire général sur la question, qui pour la première fois, citait les noms de 23 parties aux conflits, représentant gouvernements et groupes d'insurgés, qui continuaient la pratique illégale du recrutement militaire des enfants.

Dans sa déclaration au Conseil, le Représentant spécial de l'ONU pour les enfants en temps de conflit, Olara Otunnu, a pour sa part invité le Conseil à utiliser cette liste pour montrer aux auteurs d'infractions de ce type qu'ils seraient tenus pour responsables, et salué l'entrée en vigueur du Protocole facultatif à la Convention sur les droits de l'enfant, qui fixe à 18 ans le plancher du recrutement obligatoire.

Une quarantaine d'orateurs devait intervenir dans le débat d'aujourd'hui.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.