L'envoyé spécial de l'ONU au Moyen-Orient estime qu'il faut combler l'écart entre réalité et vision

L'envoyé spécial de l'ONU au Moyen-Orient estime qu'il faut combler l'écart entre réalité et vision

Terje Roed-Larsen
L'envoyé spécial de l'ONU au Moyen-Orient a estimé qu'il fallait combler l'écart qui existe entre réalité et vision dans la région.

Dans une intervention aujourd'hui devant le Conseil de sécurité, Terje Roed-Larsen a affirmé qu'il était indispensable de réconcilier la détérioration progressive de la situation sur le terrain et le consensus croissant sur la direction à prendre pour un règlement de la crise du Moyen-Orient. "Il est donc indispensable que la prochaine réunion du "Quatuor" diplomatique pour le Moyen-Orient, qui aura lieu cette semaine à Washington, esquisse un plan d'action sur la question et définisse les mesures politiques, économiques et sécuritaires à prendre sous les auspices du "Quatuor", a-t-il précisé.

M. Roed-Larsen a par ailleurs affirmé que les mesures de défense adoptées par Israël sur la rive occidentale et à Gaza étaient en train de "créer une catastrophe humanitaire" sur le terrain, soulignant qu'à son avis Israël ne pourrait bénéficier d'une sécurité durable que dans le cadre d'un règlement global de la crise du Moyen-Orient.

M. Roed-Larsen a par ailleurs déploré les attentats terroristes sur les civils israéliens, réitérant son appel à l'Autorité palestinienne pour qu'elle fasse le nécessaire pour faire cesser ce type d'actions.