Le HCR proteste contre le rapatriement forcé de réfugiés congolais au Rwanda

5 septembre 2002

Le chef de l'Agence de l'ONU aux réfugiés (HCR), Rudd Lubbers, s'est élevé contre le récent rapatriement forcé de quelque 1 500 réfugiés congolais par les autorités rwandaises.

Le chef de l'Agence de l'ONU aux réfugiés (HCR), Ruud Lubbers, s'est élevé contre le récent rapatriement forcé de quelque 1 500 réfugiés congolais par les autorités rwandaises.

Dans une lettre adressée au Président rwandais Paul Kagame, M. Lubbers affirme que son agence ne pouvait en aucun cas approuver une telle opération, "les retours n'ayant été ni volontaires ni organisés".

Selon le HCR en effet, les autorités rwandaises ont expulsé ces réfugiés de Congo Kinsgasa en quatre groupes séparés. Installés dans des camps situés dans le nord et l'est du Rwanda, ces réfugiés ont été renvoyés sur le Nord Kivu, dans l'est de la RDC.

Dans sa lettre, M. Lubbers souligne par ailleurs que cette opération ne correspond pas aux principes mêmes du rapatriement volontaire, "où les réfugiés sont libres de prendre une décision basée sur des informations complètes quant aux conséquences de leur décision".

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.