Kofi Annan déplore l'insécurité en Somalie, mais réitère l'engagement de l'ONU à aider ce pays

22 août 2002

Le secrétaire général de l'ONU trace un sombre tableau de la situation en Somalie dans un rapport publié aujourd'hui. Une “insécurité qui compromet trop souvent les progrès réalisés”, la sécheresse, la pauvreté et l'insécurité alimentaire n'ont fait qu'aggraver la situation déjà difficile de 700 000 Somaliens “vulnérables vivant près ou au-dessous du minimum vital”, signale Kofi Annan. Malgré tout, l'ONU poursuit son travail humanitaire et de développement dans ce qui est l'un des pays les plus pauvres du monde.

Le secrétaire général de l'ONU trace un sombre tableau de la situation en Somalie dans un rapport publié aujourd'hui. Une “insécurité qui compromet trop souvent les progrès réalisés”, la sécheresse, la pauvreté et l'insécurité alimentaire n'ont fait qu'aggraver la situation déjà difficile de 700 000 Somaliens “vulnérables vivant près ou au-dessous du minimum vital”, signale Kofi Annan. Malgré tout, l'ONU poursuit son travail humanitaire et de développement dans ce qui est l'un des pays les plus pauvres du monde.

Ce rapport qui sera examiné par l'Assemblée générale cet automne, révèle qu'en dépit des progrès réalisés durant la dernière année en matière de santé, d'éducation et d'assainissement de l'eau, la situation d'ensemble a continué de se dégrader en Somalie. M. Annan y explique que les combats entre factions rivales et un financement largement insuffisant ont compromis les programmes humanitaires de l'ONU et des organisations non gouvernementales.

M. Annan précise toutefois que l'ONU continue à fournir une assistance humanitaire et à soutenir, dans les limites de ses moyens, le relèvement économique et social dans les zones sûres du nord-ouest du pays, en aidant la population par le biais de quelque 900 projets.

M. Annan souligne que l'ONU encourage la réconciliation nationale et entreprend actuellement diverses activités de consolidation de la paix, ce qui représente à ses yeux le meilleur moyen pour fournir au pays le soutien humanitaire nécessaire.

Par ailleurs, dans un communiqué émis aujourd'hui, le Coordinateur humanitaire de l'ONU en Somalie, Maxwell Gaylard, déplore aussi les conditions d'insécurité en Somalie. Il déclare que les combats incessants et l'accroissement de la criminalité à Mogadiscio entravent de plus en plus l'assistance internationale à ce pays. Au nom de l'ONU, il lance un appel pressant aux factions pour qu'elles dialoguent et ce, "pour le bien de la population".

Depuis six mois, trois employés de l'ONU ont été enlevés puis libérés dans le pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.