Préparé en vue du Sommet de Johannesburg, un rapport de l'ONU fournit des données alarmantes sur les risques d'un développement “non durable”

13 août 2002

A deux semaines de l'ouverture du Sommet mondial sur le développement durable, son secrétaire général, Nitin Desai, a lancé aujourd'hui un rapport de l'ONU intitulé “Global Challenge, Global Opportunity” (Défi mondial, possibilités mondiales). Ce document révèle notamment que 40 pour cent de la population mondiale manque encore d'eau et que la pollution atmosphérique tue chaque année trois millions de personnes.

A deux semaines de l'ouverture du Sommet mondial sur le développement durable, son secrétaire général, Nitin Desai, a lancé aujourd'hui un rapport de l'ONU intitulé “Global Challenge, Global Opportunity” (Défi mondial, possibilités mondiales). Ce document révèle notamment que 40 pour cent de la population mondiale manque encore d'eau et que la pollution atmosphérique tue chaque année trois millions de personnes.

En présentant le rapport, aujourd'hui à New York, M. Desai, a souligné que son contenu démontrait que la centaine de chefs d'État et de gouvernement qui participeront au Sommet de Johannesburg, en Afrique du Sud, devront choisir entre deux avenirs et prendre des décisions qui affecteront la planète pour les générations à venir. “Les dirigeants du monde entier, qui viendront à Johnnesburg pour y finaliser un plan d'action mondial destiné à accélérer le développement durable, devront être prêts à adopter une nouvelle approche du développement mondial, et surtout, à prendre des engagements concrets à cet égard”, a plaidé M. Desai.

Le rapport lancé aujourd'hui contient d'autres données alarmantes sur les conditions actuelles de développement et leurs conséquences sur le niveau de vie de la population et sur les ressources naturelles de la planète. Il constate notamment que le niveau des mers monte, ce qui reflète clairement, selon ses auteurs, un réchauffement de la planète. Le rapport déplore le risque de disparation de nombreuses espèces végétales et animales, ainsi que la destruction de 2,4 pour cent des forêts mondiales au cours des seules années 1990. Il porte une attention particulière aux secteurs suivants: l'eau, l'énergie, l'agriculture, la diversité biologique et la santé.

Le rapport de l'ONU décèle également des signes de progrès vers un développement durable. Il mentionne à cet égard que deux pour cent des forêts mondiales sont effectivement exploitées de façon rationnelle, que les réserves et parcs naturels se développent, que la part des sources d'énergie renouvelables est passée de 3,2 pour cent, en 1971, à 4,5 pour cent, aujourd'hui dans le monde, et que l'amélioration des conditions de vie se traduit par une certaine réduction de la pollution de l'air. L'accès à l'eau potable a augmenté au cours des années 1990 et l'objectif de réduire de 50 pour cent la mortalité infantile a été réalisé, signale également le rapport.

image

Retransmission

de la conférence de presse *

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.