Un rapport de l'ONU recommande de sévir contre les crimes d'honneur commis contre les femmes et les fillettes

7 août 2002

Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, recommande que toutes les formes de violence faites aux femmes et aux fillettes au nom de l'honneur soient érigées en infraction et que quiconque participe à de tels actes de violence, ou les encourage “au nom de l'honneur”, devienne passible de sanctions.

Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, recommande que toutes les formes de violence faites aux femmes et aux fillettes au nom de l'honneur soient érigées en infraction et que quiconque participe à de tels actes de violence, ou les encourage “au nom de l'honneur” devienne passible de sanctions.

Dans un rapport rendu public aujourd'hui et préparé à la demande de l'Assemblée générale de l'ONU, à partir d'informations soumises par les États Membres, M. Annan préconise que toutes les informations faisant état de tels actes, commis “au nom de l'honneur”, fassent désormais l'objet d'enquêtes rapides et impartiales, ainsi que de poursuites pénales efficaces.

“Toutes les mesures nécessaires devraient être prises pour prévenir les actes de violence commis contre les femmes pour ce motif. Dans les pays comprenant des communautés d'immigrés, il faudrait offrir une protection aux victimes et victimes potentielles dans le cadre des procédures d'octroi d'asile et d'immigration”, peut-on aussi lire dans le rapport.

Le secrétaire général recommande en outre l'adoption de mesures de formation sur les crimes d'honneur à l'intention des agents de la force publique, des juges et des juristes. Il propose aussi la tenue de campagnes de sensibilisation et d'information sur ce sujet.

Le document signale notamment le cas du Brésil, où plus de 72 pour cent des victimes féminines d'homicide vivaient maritalement avec les auteurs des violences, selon une étude portant sur les statistiques de 1996. Dans 75 pour cent des cas, ces homicides ont été commis dans le foyer conjugal. Pour réduire les crimes d'honneur, le Brésil a institué la prise en charge des femmes victimes de violence familiale par des institutions telles que des centres de la police accueillant ces femmes, ainsi que des centres d'hébergement pour les femmes dont la vie est menacée.

Dans son rapport, M. Annan reconnaît que la communauté internationale et des instances nationales ont davantage accordé leur attention au problème des crimes d'honneur au cours des dernières années, mais il souligne toutefois que l'élimination de ces actes exige “une intensification et une plus grande concertation des efforts”.

Par ailleurs, le Fonds de développement de l'ONU pour la femme (UNIFEM) a annoncé aujourd'hui pour plus d'un million de dollars de subventions pour 18 programmes (touchant 22 pays) de lutte contre diverses formes de violence faites aux femmes et aux fillettes, y compris contre les "crimes d'honneur".

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.