Kofi Annan affirme que les progrès enregistrés dans la lutte contre la faim sont "bien trop lents"

Kofi Annan affirme que les progrès enregistrés dans la lutte contre la faim sont "bien trop lents"

M. Annan au Sommet mondial de l'alimentation
Affirmant que les progrès enregistrés dans la lutte contre la faim étaient "bien trop lents", le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, a exhorté la communauté internationale à redoubler d'efforts pour éliminer la pénurie alimentaire dans le monde.

Affirmant que les progrès enregistrés dans la lutte contre la faim étaient "bien trop lents", le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan,

a exhorté la communauté internationale à redoubler d'efforts pour éliminer la pénurie alimentaire dans le monde.

Dans un discours prononcé ce matin à l'ouverture du Sommet mondial de l'alimentation qui se déroule à Rome, le secrétaire général a estime que la faim constituait "l'une des pires violations des droits de l'homme", et demandé que les participants à la manifestation examinent les moyens d'élargir l'accès à la nourrriture et au développement agricole et rural.

"Tous les jours, plus de 800 millions d'habitants de la planète, dont 300 millions d'enfants, souffrent de la faim, ou de maladies ou infirmités causées par la faim", a noté M. Annan.

Pour sa part, le directeur de l'Organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture, (FAO), Jacques Diouf, que fait valoir que six ans après la tenue du premier Sommet mondial de l'alimentation de 1996, la volonté politique et financière ne correspondait pas aux exigences de la solidarité humaine.

Plus de 180 délégations participent à ce Sommet qui a pour objet de galvaniser la volonté politique des Etats et de mobiliser les ressources financières nécessaires pour réduire de moitié d'ici à 2015 le nombre des personnes sous-alimentées dans le monde, conformément aux engagements pris en 1996.

En marge du Sommet, le secrétaire général a eu une série d'entretiens dans la capitale italienne avec un certain nombre de responsables politiques, dont, notamment les Présidents de Sierra Leone, du Nigéria, de Colombie, du Togo, de l'Erythrée et du Zimbabwe, le Premier ministre éthiopien et le Vice-premier ministre chinois. Il devait également s'entretenir avec le Président sud-africain. A l'occasion de ces rendez-vous, M. Annan a fait un tour d'horizon de la situation internationale, une attention toute particulière étant accordée à la situation politique, humanitaire et financière de l'Afrique.