L'envoyé spécial de l'ONU au Moyen-Orient qualifie de "meurtres" les attaques à la bombe

21 juin 2002

L'envoyé spécial de l'ONU au Moyen-Orient, Terje Roed-Larsen, a qualifié ce soir de "meurtres" les attaques "aveugles et sans distinction" perpétrées contre les civils israéliens.Il prend note toutefois de la condamnation de ces pratiques par le Président de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat et des voix palestiniennes, "et autres voix arabes", qui se font désormais entendre contre de tels actes.

L'envoyé spécial de l'ONU au Moyen-Orient, Terje Roed-Larsen, a qualifié ce soir de "meurtres" les attaques "aveugles et sans distinction" perpétrées contre les civils israéliens. Il prend note toutefois de la condamnation de ces pratiques par le Président de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat et des voix palestiniennes, "et autres voix arabes" qui se font désormais entendre contre de tels actes.

Dans des remarques faites ce soir à Ramallah, M. Roed-Larsen précise qu'il avait rencontré hier le ministre israélien des affaires étrangères Shimon Peres et aujourd'hui le Président de l'Autorité palestinienne Yasser Arafat pour dénoncer ces actes terroristes qui n'ont pas "de justification morale et n'avancent pas la cause palestinienne", et pour demander qu'il leur soit mis un terme.

M. Roed-Larsen a également réaffirmé la position du secrétaire général et la sienne selon laquelle ces attentats sont détestables sur le plan moral et en violation du droit international.

L'envoyé spécial rappele par ailleurs que le secrétaire général et lui-même ont demandé à maintes reprises à l'Autorité palestinienne de faire cesser ces attaques et de traduire en justice les responsables de tels actes.

M. Roed-Larsen prend note de la déclaration du Président Arafat qui condamne la pratique des suicides à la bombe, mais souligne que les paroles ne suffisent pas; il faudra un effort concerté de la société palestinienne pour renverser cette tendance, dit-il. L'envoyé spécial constate également que des voix palestiniennes se font désormais entendre pour dénoncer ces actes inhumains.

"Je reconnais les souffrances du peuple palestinien. La crise économique sur la rive occidentale et à Gaza est grave et va en s'empirant. Ces souffrances, toutefois, ne seront pas atténuées par les suicides à la bombe", dit-il encore.

Tout en affirmant qu'en fin de compte seul un processus de paix crédible aboutissant à la création d'un Etat palestinien viable et à des garanties sécuritaires permanentes pour Israël pourrait mettre un terme à la violence dans la région, M. Terje Roed-Larsen réaffirme que cet objectif ne pouvait être atteint par des attaques contre les civils.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.