Libéria: l'Agence de l'ONU aux réfugiés demande la remise en liberté d'un groupe d'infirmières enlevées par des rebelles

21 juin 2002

L'Agence de l'ONU aux réfugiés (HCR) a demandé ce matin la remise en liberté d'un groupe d'infirmières enlevées au cours d'un raid sur un camp de réfugiés du Libéria par les hommes d'une faction armée rebelle.

Les rebelles, qui ont attaqué hier le camp de réfugiés de Sinje, à proximité de la frontière avec la Sierra Leone, ont admis détenir les cinq infirmières portées disparues. Leur attaque a provoqué en outre des mouvements de panique parmi les quelque 11 000 réfugiés sierra-léonais qui peuplent le camp, et dont bon nombre ont fui les lieux.

Par ailleurs, le HCR a annoncé l'ouverture hier d'une réunion de deux jours à Genève consacrée à la question du rapatriement des plus de 300 000 réfugiés érythréens du Soudan. Cette réunion, à laquelle participent des représentants des deux gouvernements, fait suite à la décision du HCR de ne plus accorder le statut de réfugiés aux Erythréens installés au Soudan.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.