Le responsable des questions africaines à l'ONU affirme que la situation humanitaire en Angola demeure grave

21 mai 2002

Ibrahim Gambari, conseiller spécial de l'ONU pour l'Afrique, a déclaré que les perspectives d'un retour à la guerre en Angola étaient pratiquement inexistantes, mais que la situation humanitaire y demeurait grave.

Ibrahim Gambari, conseiller spécial de l'ONU pour l'Afrique, a déclaré aujourd'hui que les perspectives d'un retour à la guerre en Angola étaient pratiquement inexistantes, mais que la situation humanitaire y demeurait grave.

Dans une conférence de presse aujourd'hui à New York, M. Gambari a précisé que la détérioration de la situation humanitaire provenait du fait que les autorités du pays avaient nettement sous-estimé le défi de nourrir et loger les quelque 65.000 ex-combattants de l'UNITA qui ont déposé les armes et gagné les camps de réfugiés en compagnie de plus de 160.000 membres de leurs familles.

M. Gambari a annoncé que le coordinateur adjoint de l'ONU pour les opérations de secours, Ross Mountain, se rendrait en Angola du 8 au 14 juin à la tête d'une mission d'évaluation inter-agences pour déterminer les besoins humanitaires sur le terrain.

Par ailleurs, le secrétaire général s'apprêtait à répondre à une demande d'aide en matière technique et de gestion formulée par les autorités angolaises, a précisé M. Gambari.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.