Le chef du HCR promet des mesures rapides dans l'affaire des enfants mal traités en Afrique de l'Ouest

1 mars 2002

Le chef de l'Agence de l'ONU aux réfugiés (HCR), Ruud Lubbers, a annoncé aujourd'hui avoir entamé une action à deux volets à la suite des allégations d'exploitation et de mauvais traitement sexuels dont auraient été victimes de nombreux enfants réfugiés dans les camps de l'Afrique de l'Ouest.

Dans un communiqué daté d'aujourd'hui et publié à Kigali, au Rwanda, où il se trouve actuellement, M. Lubbers affirme qu'une enquête avait déjà été ouverte en décembre par ses services et que les personnes trouvées coupables feraient l'objet de mesures disciplinaires rapides.

En outre, le HCR examine actuellement l'adoption de mesures préventives, en coopération avec d'autres agences de l'ONU, visant à identifier les enfants particulièrement vulnérables à ce type d'exploitation pour en assurer la protection.

Par ailleurs, le HCR a salué aujourd'hui la présentation d'un projet de loi au Parlement allemand qui prévoit que l'Allemagne pourrait accorder le droit d'asile aux candidats qui sont originaires d'entités autres que des Etats, ou aux personnes qui fuient la persécution en raison de leur sexe.

Pour sa part, Olara Otunnu, responsable de l'ONU pour les enfants en temps de guerre, s'est dit "consterné" par les allégations des enfants des camps de réfugiés du Libéria, Guinée et Sierra Leone, et s'est prononcé également pour l'ouverture d'enquêtes très détaillée sur la question.

De retour d'une mission au Guatemala, M. Otunnu a affirmé aujourd'hui lors d'une conférence de presse à New York avoir constaté d'importantes améliorations dans la vie des enfants guatémaltèques qui résultent de la volonté des autorités de Tegucigalpa d'accorder une place plus importante à l'insertion des enfants dans la la vie sociale du pays.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.