L'ONU entreprend une mission de facilitation du processus de paix en Colombie

11 janvier 2002

James Le Moyne, l'un des conseillers personnels du secrétaire général pour la Colombie, s'est rendu ce matin dans la zone démilitarisée du pays pour y rencontrer des représentants du mouvement rebelle des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), à la demande de ces derniers.

Cette réunion s'inscrit dans le cadre des efforts de dernière heure déployés par l'ONU pour empêcher la rupture des négociations entre les autorités de ce pays et le FARC.

Dans une conférence de paix hier à Bogota, M. Le Moyne avait déclaré qu'après trois années de tentatives pour faire la paix, "il serait inconcevable que la Colombie devienne un terre de guerre, de sang et de larmes, surtout qu'il y a d'autres choix".

Pour sa part, l'Agence de l'ONU aux réfugiés (HCR) a exprimé son inquiétude devant la détérioration de la situation humanitaire dans ce pays, à la lumière notamment du récent meurtre de deux responsables d'un mouvement qui prône le retour pacifique des réfugiés dans leurs foyers.

Dans une conférence de presse ce matin à Genève, le porte-parole du HCR a déclaré qu'il craignait qu'une intensification du conflit interne n'entraîne plus de souffrances pour les populations civiles, et que l'assassinat de décembre des deux activistes - Petrona Sanchez et Edwin Ortega, déraille les efforts pour créer un environnement propice à la réconciliation nationale.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.