Le chef du HCR estime que l'avenir des Balkans dépendait du sort réservé aux réfugiés de la région

Le chef du HCR estime que l'avenir des Balkans dépendait du sort réservé aux réfugiés de la région

Le chef de l'Agence de l'ONU aux réfugiés (HCR), Ruud Lubbers, et le nouveau coordinateur du pacte de stabilité pour les Balkans, Erhard Busek, ont affirmé aujourd'hui que le sort réservé au million de personnes déplacées encore déracinées dans les Balkans déterminerait en grande partie l'avenir de la région.

Dans un communiqué conjoint, les deux hommes ont noté les importants progrès accomplis depuis la fin de la guerre en Bosnie, il y a six ans, avec notamment le retour d'environ deux millions de personnes dans leurs foyers, mais insisté sur la nécessité de continuer à soutenir, politiquement et financièrement, le processus de retour. "Les jeunes ne voudront jamais retourner dans des endroits où il n'y a pas de logement, pas d'emploi et aucune chance d'élever une famille", ont-ils observé.