Dans les favelas de Rio, une population souvent invisible se bat pour être reconnue